Emmanuel Macron reçoit une délégation de l'Unesco — Notre-Dame

Pierre Vaugeois
Avril 19, 2019

Un "grand parapluie" viendra protéger la cathédrale Notre-dame des intempéries. A cela, s'ajoutent des inquiétudes quand à la météo, et la pluie qui pourrait tomber la semaine prochaine sur Paris. Il s'agit dans les faits d'une bâche qui couvrira l'entièreté du bâtiment, a expliqué vendredi Charlotte Hubert, présidente de la compagnie des architectes en chef des monuments historiques sur BFMTV. D'après l'architecte, cette structure va au moins permettre aussi de redonner une " silhouette à Notre-Dame", car elle aura la forme " d'un toit pointu, plus haut que le toit qu'elle avait ", pour permettre aux artistans de travailler dessous. Une technique à laquelle il avait été recouru pour la restauration du dôme du Panthéon.

Des camions de grande taille ont été réquisitionnés pour transporter les tableaux auparavant accrochés dans la cathédrale endommagée par les flammes.

Les tableaux de Notre-Dame "n'ont pas été abîmés" et seront "sécurisés dans la journée", a annoncé vendredi le ministre de la Culture Franck Riester sur le parvis de la cathédrale rongée par les flammes lundi.

Ces oeuvres devaient toutes être retirées dans la journée.

Pour mettre la cathédrale "hors d'eau", la priorité va être de bâcher la voûte.

"Ce que nous faisons actuellement est une évacuation pour permettre au chantier de se dérouler sans être occupé avec les objets précieux au milieu", a-t-elle dit.

La totalité du trésor de la cathédrale a ainsi pu être évacué depuis lundi soir, tandis que des travaux de confortement ont aussi été opérés sur le bâti.

Les tableaux sont en bon état, a ajouté la directrice du Centre de recherche et de restauration des musées de France, Isabelle Pallot-Frossard. Il n'y a pas eu de suie car il n'y a pas eu de feu important dans la cathédrale.

Les équipe de secours ont également sécurisé le pignon Nord.

L'état des voûtes, sur lesquelles reposent encore des gravats et des poutres calcinées, reste préoccupant et ne permet pas encore aux équipes d'experts de circuler en toute sécurité dans la nef.

"Il faudra retirer progressivement ces gravats, sachant que dans le même temps, ils (.) doivent être examinés dans le cadre de l'enquête judiciaire et ça va prendre encore quelques jours", a dit Franck Riester.

Quelques "pierres et chimères" du beffroi Sud menaçaient encore de tomber sur les voûtes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL