Feu vert à des négociations commerciales avec les USA — UE

Xavier Trudeau
Avril 14, 2019

La présidence française a réitéré dans ce contexte le refus du chef de l'Etat Emmanuel Macron de tout accord commercial avec un pays non-signataire de l'Accord de Paris sur le climat.

Pour rappel, les Etats membres de l'UE ont approuvé ce jeudi l'ouverture de négociations commerciales avec les Etats-Unis, mais la France, longtemps opposée à ces discussions, a imposé son blocage, selon des informations de l'AFP. Elle juge aussi que Donald Trump continue à exercer une forte pression commerciale, en refusant de réviser ses taxes sur l'acier et l'aluminium et en menaçant d'imposer des taxes sur l'automobile.

L'UE et les Etats-Unis s'efforcent depuis huit mois de matérialiser une trêve des hostilités commerciales, annoncée fin juillet 2018, via la négociation d'un tel accord. Les Américains ont cependant répété qu'ils comptaient intégrer l'agriculture dans les discussions, un désaccord que les deux parties devront régler.

L'opposition de la France sera notifiée jeudi soir aux autorités européennes.

L'Union européenne est " un partenaire commercial brutal avec les États-Unis, ce qui va changer", a encore twitté mercredi le président américain. Une goutte d'eau dans le commerce entre l'Union européenne et les États-Unis. À sa demande, le nouveau mandat mentionne cependant que l'ancien mandat du TTIP est désormais " obsolète et plus pertinent ".

L'autre problème de Paris est sur le plan environnemental, dans la mesure où les Etats-Unis ont quitté l'Accord de Paris sur le climat en 2017.

" Il faudra poursuivre ce combat (contre cet accord, N.D.L.R.), notamment au Parlement européen, sans lequel aucun accord commercial ne peut être approuvé à l'issue des négociations".

Cette fidélité aux valeurs est particulièrement importante alors que s'ouvre la campagne pour les élections européennes de la fin mai mais dépasse le prisme de ce scrutin, a insisté la source. "Le numéro deux de la liste du parti présidentiel LREM pour les Européennes, Pascal Canfin, a salué " une décision politique forte ".

Partout où il est représenté, le PS a exprimé son opposition à l'ouverture de ces négociations. Bruxelles a prévenu qu'elle riposterait.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL