Gilets jaunes. À quoi faut-il s'attendre ce samedi ?

Claudine Rigal
Avril 13, 2019

Alors qu'Emmanuel Macron réserve encore ses arbitrages sur les résultats du grand débat, de nouvelles manifestations sont prévues pour ce samedi, dans un contexte de forte baisse de la mobilisation.

Le mois dernier, Maxime Nicolle, alias "Fly Rider", figure des Gilets jaunes, avait annoncé pour ce samedi un "gros week-end" dans la Ville rose et assuré qu'il y participerait. Pendant "l'acte 21", 3.500 personnes étaient rassemblées dans la capitale selon les chiffres officiels, contestés comme chaque semaine. Cet acte 22 a également la particularité d'être le premier à se dérouler après la promulgation de la loi anticasseurs. Plus de 4 000 personnes sont intéressées par l'événement "acte XXII: Toulouse Capitale Nationale Des Gilets jaunes" sur Facebook.

La préfecture précise que toute manifestation est interdite samedi 13 avril 2019 entre 10h et 21h sur la place du Capitole à Toulouse.

D'après le quotidien Le Progrès, une autre manifestation est prévue à une centaine de kilomètres de là, à Roanne, où un parcours "inédit de 6,5 kilomètres" a été posé en préfecture pour ce 13 avril. " a été créée sur Facebook, mais elle compte peu de participants déclarés (près de 300, tandis que 1 400 internautes se disent "intéressés ").D'autres appels à manifester, rassemblant davantage de soutiens, ont aussi été publiés pour Bordeaux, Lyon, Chartres ou encore Toulouse". Le premier cortège parisien rejoindra en début d'après-midi Place de la République la marche pour "la liberté de manifester", organisée par plusieurs associations (dont LDH, Amnesty, Attac, Unef, SOS Racisme.). Une cinquantaine d'organisations ont signé un appel pour l'abrogation de ce nouveau texte.

Comme ces derniers week-ends, la préfecture de police a pris un arrêté interdisant tout rassemblement de Gilets jaunes sur les Champs-Élysées et les rues perpendiculaires. Une première manifestation aura lieu à partir de 11 heures place du Maréchal Juin, dans le 17e arrondissement de Paris.

En raison du caractère national de la manifestation, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc a demandé que le périmètre d'interdiction de manifester soit élargi.

Le ministre de l'Intérieur a, lui, insisté sur la mise en vigueur dès samedi du nouveau cadre législatif, indiquant avoir envoyé vendredi matin " une circulaire à l'ensemble des préfets pour les inviter à préparer la bonne utilisation de ces dispositifs, à travailler avec les procureurs, les parquets ". La loi, partiellement censurée début avril par le Conseil constitutionnel, " donne un certain nombre de moyens qui nous permettrons de faire des fouilles renforcées contre les armes par destination dans les 24 heures qui précèdent", a-t-il détaillé. Il a rappelé que le fait de se masquer, de cacher son visage "à un moment d'émeute" devient ainsi "un délit passible d'une peine d'un an et de 15.000 euros d'amende".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL