Grève des enseignants : une manifestation à Troyes. La mobilisation reste faible

Xavier Trudeau
Avril 7, 2019

La contestation vient surtout de l'école primaire, qui sera obligatoire dès 3 ans l'année prochaine et qui, selon une disposition du projet de loi Blanquer, pourrait, dans certains cas être rattachée au collège. Selon les chiffres transmis par le ministère de l'Éducation, 10,22% des enseignants du premier et du second degrés ont pris part au mouvement de grève. Ces derniers rassembleraient en une seule entité un collège et une ou plusieurs écoles du même secteur. "Nous y sommes fermement opposés, affirme John Mau, co-secrétaire territorial du SNUipp-FSU Polynésie".

Dans un article écrit à l'occasion d'une déclaration de Blanquer datant de février, nous décrivions les premiers jets de cette mesure répressive qui vise en priorité les familles des quartiers populaires faisant, selon les dires du ministre de l'éducation, des parents " complices d'une évolution violente " de leurs enfants.

Après le succès de la mobilisation de samedi dernier, les principales organisations syndicales d'enseignants, ont lancé un appel national pour une journée de grève et de manifestation, partout en France. Les enseignants dénoncent aussi la baisse de moyens, en particuliers les suppressions de postes.

Ce jeudi midi, une quarantaine d'enseignants (accompagnés de quelques Gilets Jaunes) étaient réunis devant l'Hôtel de ville de Troyes pour contester les réformes à venir dans l'enseignement.

Personnels enseignants grévistes du 1er degré: 13,78 %. Les syndicats ont pu remettre leurs revendications au directeur de cabinet du haut-commissaire ce matin à 11 heures.

Ce sont les enseignantEs du premier degré qui sont désormais à la pointe de la mobilisation avec des mouvements de grève reconductible amorcés dans plusieurs départements (en Loire-Atlantique, à Paris, en Haute-Garonne, dans les Deux-Sèvres...), mais aussi avec une profusion d'assemblées générales de secteurs, d'actions et d'occupations d'écoles menées en lien avec les parents d'élèves. Daniel Legall, l'inspecteur de l'Education nationale de la circonscription, est intervenu pour engager le dialogue.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL