Grand débat : Emmanuel Macron s'exprimera à 20h ce lundi

Pierre Vaugeois
Avril 14, 2019

"Dans cette allocution, il annoncera les chantiers d'action prioritaires et avancera les premières mesures concrètes en réponse aux préoccupations soulevées dans le cadre du grand débat national ", a annoncé l'Elysée dans un communiqué. L'Elysée précise qu'Emmanuel Macron répondra aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse qui sera organisée mercredi à l'Elysée.

Dans l'attente des annonces de Macron à la suite des mobilisations des Gilets jaunes, Gérard Larcher s'est exprimé sur les démarches attendues du chef de l'État, qui devront être à la fois des "mesures dans un temps court" et "des chantiers de plus long terme".

La présidence a fait cette annonce alors que le chef de l'Etat reçoit, dimanche soir, une partie du gouvernement pour un dîner à l'Elysée.

Des mesures plébiscitées (respectivement par 82 % et 88 % des Français), selon un sondage Ifop publié dimanche par le JDD, portant sur neuf pistes parmi des dizaines évoquées pendant le " grand débat", vaste concertation qui a mobilisé un demi-million de contributeurs en ligne, outre les plus de 10 000 réunions locales. En revanche, 54 % sont contre la suppression de l'ENA, l'école de la haute administration pourtant fortement décriée dans la rue.

Les Français ont par ailleurs réclamé des aménagements démocratiques: prise en compte du vote blanc, suppression des avantages aux anciens présidents, premiers ministres et ministres. Et des aménagements de la limitation à 80 km/h, adoptée à l'automne dernier sur les routes secondaires. "La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen (extrême droite) dit s'attendre " à quelques modifications minimes, anecdotiques " que M. Macron " présentera à grands coups de trompettes ". "Sur RTL/Le Figaro/LCI, Marine Le Pen a de nouveau défendu " une dissolution " l'Assemblée nationale et la mise en place d'un système de " proportionnelle avec une prime au parti arrivé en tête ". Cette conférence de presse sera la première de son quinquennat en France. Selon eux, l'urgence est, entre autres, à l'investissement " dans la transition écologique, solidaire et territoriale", avec des transports " moins polluants ".

Dans tous les cas, Emmanuel Macron " n'aura pas de seconde chance ", prévient le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), convaincu que " les réponses ne pourront pas être uniquement cosmétiques ou purement institutionnelles ". Les gilets jaunes se sont, eux, déjà donné rendez-vous à Paris pour un 23e samedi de manifestation.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL