Guerre commerciale : Trump hausse le ton

Xavier Trudeau
Avril 9, 2019

Cette administration rattachée au président des Etats-Unis justifie cette mesure qui pourrait entrer en vigueur dès l'été par des subventions que verserait ou aurait versé l'Union européenne (UE) et certains de ses Etats membres au constructeur aéronautique Airbus.

"L'Organisation mondiale du commerce indique que les subventions de l'Union européenne ont eu un impact négatif sur les États-Unis, qui vont maintenant imposer des taxes sur 11 milliards de produits européens!"

Boeing s'est félicité de l'annonce de l'USTR. L'UE profite des États-Unis en matière de commerce depuis plusieurs années. L'UE et les États-Unis s'efforcent ainsi de concrétiser depuis des mois l'entente commerciale annoncée fin juillet dernier par Donald Trump et Jean-Claude Juncker, en négociant notamment un accord commercial limité aux biens industriels. Dans le même temps, les États-Unis ont de leur côté demandé à l'OMC de déterminer le montant des sanctions qu'ils pourraient imposer à l'UE concernant les aides contestées.

Elle comprend aussi des produits venant de toute l'UE, comme les steaks d'espadon, les filets de saumon, des fromages mais aussi des fruits, de l'huile d'olives, des vins ou encore des vêtements, des produits laitiers ou des motos.

"Boeing a toujours soutenu le respect par les Etats-Unis des décisions de l'OMC".

"A l'opposé, Boeing n'a pas démontré la moindre volonté de se conformer à la décision de l'OMC du 28 mars 2019 au sujet des subventions massives reçues par [le groupe américain] qui sont clairement en contraventions avec les règles de l'OMC", a accusé Airbus dans cette déclaration.

Il s'agit là d'une nouvelle étape dans un conflit vieux de 14 ans entre Boeing et Airbus, via les États-Unis et l'Europe, qui s'accusent mutuellement devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de verser des aides illégales à leurs champions aéronautiques respectifs.

Ce conflit commercial, dont l'enjeu s'élève à des milliards d'euros ou de dollars, est le plus long et le plus compliqué traité par l'OMC.

Dès le 9 avril, des sources à la Commission européenne citées par l'agence américaine Reuters auraient déclarées: que le niveau des contre-mesures proposées par les Etats-Unis était "très exagéré", et que seul un arbitrage de l'OMC était fondé juridiquement à imposer des sanctions. "Lorsque l'UE mettra un terme à ces subventions nocives, les droits de douane américains imposés pourront être levés", dit le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, dans le communiqué.

Donald Trump menace dans ce cadre de taxer lourdement l'industrie automobile européenne.

En outre, le communiqué de l'USTR intervient alors que Boeing est en pleine tourmente, en raison de la mise en cause de son avion vedette 737 MAX, dont la sécurité est en cause après deux accidents mortels.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL