La Bourse de Paris ouvre en légère hausse de 0,11%

Xavier Trudeau
Avril 12, 2019

L'indice phare de la Bourse parisienne gagne 0,04% à 5.451,94 points vers 8h23 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,39% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,17%.

Les dernières informations en provenance des grandes banques centrales n'aident en rien à redonner de l'élan aux marchés: comme la Banque centrale européenne (BCE) quelques heures avant elle, la Fed, dans le compte rendu de sa dernère réunion de politique monétaire, a confirmé son attitude prudente en matière de taux d'intérêt en soulignant le ralentissement de la conjoncture. Le numéro un mondial du luxe prend 2,86% à 339,20 euros, un pic historique, après avoir maintenu le cap d'une très solide croissance à deux chiffres au premier trimestre, grâce aux performances meilleures que prévu de sa division mode-maroquinerie et de Louis Vuitton. Dans son sillage, Kering a pris 2,23% et Hermès 0,58%.

Autre hausse notable à Paris, celle de Sodexo, qui s'adjuge 5,77% après des résultats semestriels supérieurs aux attentes et la confirmation de ses objectifs.

La perspective d'un report de six mois de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne profite par ailleurs aux valeurs du transport aérien et du tourisme: Easyjet gagne 6,68% - la plus forte hausse du Stoxx 600 - IAG 5,05%, Ryanair 3,7% et Air France-KLM 3,63%.

Hier, le marché parisien avait fini par s'enfoncer de 0,6% vers 5436 points, après avoir réussi à inscrire un nouveau record annuel, au-delà des 5492 points, à la mi-journée.

Lanterne rouge du Stoxx 600, le groupe italien de câbles de télécommunications Prysmian a chuté de 8,19% après avoir annoncé devoir réviser ses résultats 2018.

Au terme des échanges, le Dow Jones s'effritait de 0,7%.

La hausse des valeurs financières (+0,24%) à la veille des premières publications trimestrielles de poids lourds du secteur ne suffit pas à entraîner l'ensemble des valeurs américaines.

La monnaie unique évolue autour de 1,1270 dollar et l'"indice dollar", qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de référence, est inchangé.

"On assiste à un retour sur le dollar avec la dissipation des anticipations d'une baisse de taux dans le courant de l'année", explique Karl Schamotta, directeur de la stratégie devises et des produits structurés chez Cambridge Global Payments.

La livre sterling, elle, n'a pas profité du délai supplémentaire accordé à Londres pour sortir de l'impasse du Brexit: elle baisse face au dollar et à l'euro.

Le risque d'une démission de la Première ministre britannique, Theresa May, celui d'élections anticipées et bien sûr celui d'un impact défavorable sur l'économie britannique restent présents, notent des cambistes.

Les cours du pétrole reculent après l'annonce par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) d'une hausse plus forte que prévu des stocks américains de pétrole brut, à leur plus haut depuis novembre 2017.

Le Brent est revenu sous 71,40 dollars et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) sous 64 dollars.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL