La grève dans les services d'urgences de l'AP-HP s'étend — Paris

Xavier Trudeau
Avril 13, 2019

L'enseigne d'un service d'urgences.

Paris, le mercredi 10 avril 2019 - Le mouvement de grève entamé mi-mars aux urgences de l'hôpital Saint Antoine à Paris, après une série d'agressions, pourrait s'étendre dans les prochains jours à d'autres services de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Après les appels à la grève à partir de dimanche dans les 25 services d'urgence de l'AP-HP, c'est désormais "l'ensemble du personnel" du plus grand centre hospitalier français qui est appelé à cesser le travail juste avant le week-end de Pâques. La CGT a, elle, déposé un préavis couvrant l'ensemble des hôpitaux de l'AP-HP à compter de 0h dimanche, avec des revendications similaires.

"Les agents dénoncent leurs conditions de travail devenues insupportables", explique la CGT santé dans un communiqué mardi, réclamant à la direction "l'ouverture de négociations".

En réponse, le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, a promis des renforts: "Dans l'immédiat (.) nous mobilisons 45 emplois supplémentaires qui pourront être répartis en fonction des besoins", écrit-il dans un courrier adressé ce mardi aux deux syndicats et dont l'AFP a obtenu copie.

Quant aux rémunérations, il évoque la possibilité d'une "réponse tangible aux difficultés qu'ont connues les équipes des urgences au cours des derniers mois " sans aller jusqu'à des engagements chiffrés.

En décembre, une enquête interne avait révélé "une série de dysfonctionnements " et de manque de moyens après le décès inexpliqué d'une patiente à l'hôpital Lariboisière.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL