La Maison Blanche défend Trump accusé d'incitation à la violence

Claudine Rigal
Апреля 17, 2019

" Depuis le tweet du président, j'ai reçu plus de menaces de mort directes - la plupart faisant explicitement référence ou répondant à la vidéo " du locataire de la Maison Blanche, a ainsi écrit l'élue musulmane au Congrès Ilhan Omar sur Twitter.

" Les crimes violents et les actes de haines commis par l'extrême droite et des nationalistes blancs sont en hausse dans ce pays et à travers le monde ", a-t-elle affirmé". Ce discours, Ilhan Omar l'a prononcé en mars dernier, quelques jours après les attentats de Christchurch Nouvelle-Zélande, au Conseil des Relations Américano-Islamiques (CAIR), fondé en 1994, soit bien avant les attentats du 11 septembre, comme l'élue a pu l'indiquer.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants a demandé à la police du Capitole un renforcement de la sécurité d'Ilhan Omar, celle de sa famille et de son équipe, indiquant que les forces de l'ordre continueraient à " surveiller et répondre aux menaces auxquelles elle fait face ".

Pour certains conservateurs, ces propos sont de nature à minimiser les attentats les plus meurtriers de l'histoire des Etats-Unis. " La rhétorique incendiaire et haineuse du président crée un réel danger, M. Trump doit retirer sa vidéo irrespectueuse et dangereuse ", a-t-elle également déclaré.

"Le président incite à la violence contre une femme membre du Congrès et un groupe entier d'Américains en raison de leur religion".

" La vie d'@IlhanMN est en danger", a aussi réagi la jeune élue de la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez.

La Maison Blanche a fermement défendu le président américain ce dimanche.

"Cette option est sur la table", a précisé dans une interview à la chaîne ABC, Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, interrogée sur la possibilité de transférer des immigrés ayant traversé illégalement la frontière mexicaine et arrêtés, vers ces villes, souvent dirigées par des démocrates.

Sarah Sanders semblait faire ici référence à une autre polémique impliquant Ilhan Omar après de récents commentaires sur Israël jugés antisémites par de nombreux élus, y compris dans le camp démocrate.Elle avait sous-entendu que des élus américains soutenaient Israël par intérêt financier.

Omar a été la cible d'attaques pour les commentaires qu'elle a formulés la semaine dernière à propos des attaques terroristes du 11 septembre 2001.

" Merci de vous tenir à mes côtés - contre une administration qui cherche à bannir les musulmans de notre pays - dans le combat pour l'Amérique que nous méritons", a réagi sur Twitter Ilhan Omar, réfugiée somalienne, à la suite de la vidéo postée par le président républicain. Selon son porte-parole, elle s'est mal exprimée et voulait dire que l'organisation avait vu ses effectifs doubler après ce tragique événement, souligne le Washington Post. "Personne - peu importe à quel point il est corrompu, incompétent ou vicieux - ne peut menacer mon amour inconditionnel pour l'Amérique".

D'autres rapports

Discuter de cet article