La première photo d'un trou noir n'aurait pas existé sans elle

Alain Brian
Avril 15, 2019

Encore totalement inconnue du grand public en début de semaine, la chercheuse américaine Katie Bouman est devenue une vedette mondiale après la publication mercredi de la première image d'un trou noir, rendue possible par un algorithme qu'elle avait conçu. L'ex-étudiante du MIT, dont les photos ont largement circulé sur la Toile, a été saluée par la communauté scientifique et les internautes.

Si vous demandez à Katie Bouman si on lui doit la première photographie d'un trou noir, elle répondrait humblement que c'est le résultat du travail incroyable de 200 scientifiques. Quelques années après, elle est devenu l'un des symboles de cette incroyable réussite.

La volume de données était tel qu'il a fallu réunir physiquement l'ensemble des disques durs, soit plusieurs centaines de kilos de matériel, en un même lieu, à Westford (Massachusetts), où se trouve l'observatoire Haystack dépendant de l'université scientifique Massachusetts Institute of Technology (MIT). C'est en juin dernier qu'elle et trois autres chercheurs se sont réunis dans une petite pièce de l'université de Harvard, aux Etats-Unis, attendant fébrilement de découvrir si le code qu'ils avaient développé pourrait rendre visible l'invisible. ", a confié Katie Bouman au magazine "Times", qui a dû garder le secret pendant des mois, même auprès de sa famille".

" Je regarde incrédule alors que la première image que j'aie faite d'un trou noir prend forme ", a écrit mercredi la jeune femme de 29 ans sur Facebook.

Il y a six ans, elle rejoint de nombreux chercheurs du monde entier en espérant pouvoir observer un trou noir pour la première fois. Le visage ému de la jeune fille a depuis fait le tour du web.

"Un trou noir est un objet céleste très, très éloigné de nous, et très compact, expliquait Katie Bouman dans un communiqué publié en 2016".

L'établissement a publié, pour l'occasion, une photo de la chercheuse posant devant les piles des disques durs qui contiennent une partie des données mesurées par les radiotélescopes.

Un sourire ébahi, un regard pétillant en biais, les mains croisées sur son visage: voici comment a décidé d'apparaître Katie Bouman, ingénieure et chercheuse américaine, sur sa nouvelle photo de profil Facebook.

La liste des noms de femmes oubliés dans l'histoire de la science est encore longue.

Âgée de 29 ans, cette dernière n'est autre que la personne à l'origine de l'algorithme ayant permis cet aboutissement majeur dans l'histoire de l'astronomie. Un tour de force scientifique et informatique qui a permis de confirmer une théorie d'Albert Estein, élaborée il y a plus d'un siècle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL