La procureur générale de la CPI privée de visa US

Claudine Rigal
Avril 9, 2019

"US revoke s ICC prosecutor's entry visa over afghanistan investigation", indique la dépêche de Reuters dont la traduction en français est: "Le visa d'entrée sur le sol américain de la procureure de la CPI concernant ses enquêtes sur les crimes commis en Afghanistan, est révoqué par les Etats Unis ". "La procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI) continuera néanmoins à accomplir ses devoirs " sans peur ni favoritisme " en dépit de la révocation du visa, assure le communiqué, soulignant que Fatou Bensouda avait un " mandat indépendant et impartial ".

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré le mois dernier que les Etats-Unis retireraient ou refuseraient les visas aux membres du personnel de la CPI chargés d'enquêter sur de telles allégations contre les forces américaines ou leurs alliés.

Les experts des droits de l'homme des Nations Unies ont qualifié cette réaction d '"ingérence indue" dans les travaux du tribunal permanent chargé des crimes de guerre dans le monde.

Selon l'AFP, depuis novembre 2017, la procureure de la CPI Fatou Bensouda avait annoncé qu'elle allait demander aux juges l'autorisation d'ouvrir une enquête sur des crimes de guerre présumés commis dans le cadre du conflit afghan, notamment par l'armée américaine.

Cette décision est motivée par une possible enquête qui sera bientôt ouverte sur des opérations des soldats américains en Afghanistan. Son procureur peut déclencher ses propres enquêtes sans permission des juges à la condition qu'elles impliquent au moins un pays membre, c'est le cas de l'Afghanistan.

Les relations entre Washington et la juridiction ont toujours été tumultueuses. Les Etats-Unis ont refusé d'y adhérer et ont tout fait, notamment par des accords bilatéraux avec de nombreux pays, pour éviter que des Américains puissent être visés par ses enquêtes.

Il n'a visiblement pas été entendu par le Président américain Donald Trump dont l'aversion pour la CPI est un secret de polichinelle.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL