La secrétaire à la Sécurité intérieure s'en va

Claudine Rigal
Avril 9, 2019

Donald Trump a annoncé dimanche le départ de sa ministre de la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, affichant ainsi sa frustration croissante face aux obstacles rencontrés par sa politique d'immigration. Le chef d'État a par ailleurs indiqué que Kirstjen Nielsen était remplacée à titre intérimaire par Kevin McAleenan, chef des douanes et de la protection des frontières (CPB). Ce dernier aura pour l'instant le titre de ministre de la Sécurité intérieure par intérim. "Deux jours plus tôt, les deux protagonistes s'étaient encore rendus ensemble à la frontière mexicaine, où Washington fait ériger un mur pour empêcher le passage des candidats à l'immigration illégale." Il y avait pourtant certains signes avant-coureurs: "la crise qu'entretient Donald Trump à la frontière sud dure maintenant depuis des mois, et le président s'y est encore montré particulièrement agressif lors de son dernier déplacement ",décrypte Françoise Coste, professeur d'études américaines à l'université Toulouse-Jean-Jaurès. "Notre pays est au COMPLET!" a tweeté Donald Trump dimanche soir, reprenant une expression qu'il martèle depuis cette visite. En juin 2018, elle avait dû défendre publiquement la politique de séparation des familles de migrants qui avait scandalisé le monde et à laquelle elle était réputée de pas être favorable.

Les démocrates ont immédiatement interprété le départ de la ministre de la Sécurité intérieure comme une nouvelle escalade dans la politique anti-immigration de l'administration Trump. Il a déclaré une situation d'urgence nationale pour obtenir des pouvoirs exécutifs exceptionnels et obtenir les milliards de dollars nécessaires à la construction du mur frontalier. Pour n'en citer que quelques-uns, la liste des noms de ministres ou des conseillers démissionnaires de l'administration Trump n'a cessé, ces derniers mois, de s'allonger.

Kirstjen Nielsen était une proche de John Kelly, l'ancien chef de cabinet de la Maison-Blanche, en poste de juillet 2017 à janvier 2019, parti pour des divergences de vues avec le président américain.

Elle rejoint le bataillon déjà très fourni des ministres et responsables de l'administration Trump à avoir quitté leurs fonctions depuis les débuts du président républicain.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL