La Société Générale va supprimer 1 600 postes

Xavier Trudeau
Avril 9, 2019

"Malheureusement", a expliqué à l'AFP un cadre de la banque sous couvert d'anonymat. Car en banque de financement et d'investissement " l'objectif reste de revenir à un niveau de rentabilité des fonds propres (RONE) compris entre 11,5 % et 12,5 % contre un niveau de 7,9 % atteint en 2018", indique une source.

La semaine sera décisive pour les salariés de la banque de financement et d'investissement (BFI) de la Société générale. Celui-ci doit entraîner la suppression de 1.600 postes, dont 752 en France. Les suppressions de postes en France doivent se faire dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective (RCC), c'est-à-dire via des départs volontaires, a précisé Khalid Bel Hadaoui de la CFDT Société Générale.

Dans l'Hexagone, la banque souhaite supprimer environ 500 postes dans la BFI et 171 dans son activité de banque de détail et de services financiers internationaux, d'après la CFDT et la CGT. La banque a en effet engagé depuis 2015 un vaste plan de transformation de sa banque de détail en France destiné à préserver sa rentabilité tout en répondant à l'évolution numérique du secteur et des usages de sa clientèle. Pour mémoire, Société Générale emploie 148.000 personnes dans le monde.

Elle avait notamment indiqué vouloir réaliser 500 millions d'euros d'économies dans la BFI en 2020.

Après la banque de détail, des suppressions de postes étaient attendues dans la BFI. En outre, le durcissement des exigences réglementaires, dans le sillage de la crise financière de 2007-2008, et le développement rapide des nouvelles technologies ont contraint les banques à de lourds efforts pour s'adapter à ce nouveau cadre.

À l'instar des autres banques européennes, la Société Générale est confrontée à une baisse de la rentabilité de ses activités en raison de taux bas durables. Cela porte le plan d'économies de la banque rouge et noir à 1,6 milliard d'euros.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL