La sonde israélienne s'écrase sur la Lune — Alunissage raté

Alain Brian
Avril 14, 2019

"Les moteurs principaux supposés ralentir la descente de la sonde se sont éteints cinq minutes avant l'alunissage".

La toute première tentative d'Israël de réussir un alunissage a échoué jeudi soir à la dernière minute après que sa sonde, la première développée par une organisation privée, a subi une panne de moteur et s'est apparemment écrasée sur la Lune.

"Nous n'y sommes pas arrivés", a déclaré l'homme d'affaires et philanthrope Morris Kahn, qui a largement financé le projet. "Je pense que c'est vraiment énorme d'être allés jusqu'où nous sommes allés, je pense que nous pouvons être fiers", a-t-il dit. Si personne n'a remporté le concours, SpaceIL s'est associée à IAI, un des plus importants acteurs de la défense israélienne, pour poursuivre ses recherches.

La mission qui a coûtée à des investisseurs privés seulement 100 millions de dollars mais plus de quatre ans construction chez Israël Aerospace Industries et SpaceIL et un voyage de six semaines dans l'espace, visait à faire d'Israël le quatrième pays après les États-Unis, la Chine et l'Union soviétique à réussir à poser un engin sur la Lune.

En février dernier, un petit vaisseau israélien décollait de Cap Canaveral en Floride, à bord d'une fusée SpaceX.

Début mars, Bereshit avait transmis un selfie historique d'elle en compagnie de la Terre à 40.000 km.

Israël est le quatrième pays de l'histoire après les trois puissances mondiales. Juste avant la tentative d'alunissage, Benyamin Nétanyahou a indiqué qu'il réfléchissait à lancer un programme spatial national. "Nous sommes sur la Lune, mais pas de la manière dont nous le souhaitions", a réagi un membre du programme spatial, cité par un média israélien. "Cela a des implications nationales pour Israël et des implications pour l'humanité". Le projet avait germé dans le cadre du concours Google Lunar XPrize qui s'était terminé sans vainqueur.

Le Japon prévoit l'envoi vers 2020-2021 d'un petit atterrisseur lunaire, baptisé SLIM, pour étudier une zone volcanique. Le retour sur la Lune est désormais la politique officielle de la NASA, selon les directives du président Donald Trump en 2017.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL