Les chiffres les plus bas de la décennie — Peine de mort

Claudine Rigal
Avril 12, 2019

"Cela incite à espérer que ce n'est qu'une simple question de temps avant que ce châtiment cruel et archaïque ne soit relégué au passé", a-t-il ajouté.

Dans son bilan mondial annuel, Amnesty International rapporte une baisse du chiffre d'exécutions à travers le monde.

C'est le nombre d'exécutions recensées dans le monde en 2018.

Malgré ces chiffres, l'organisation juge que la peine de mort est "résolument en recul" dans le monde, donnant plusieurs exemples de mesures prises pour mettre fin à ce châtiment. L'État chiite fait partie des quatre pays responsables de 78% des exécutions à travers le monde, avec l'Arabie Saoudite, le Vietnam et l'Irak. Mais il n'est rien comparé aux "milliers d'exécutions" qui auraient eu lieu en Chine; les données classées secret d'État empêchent toute comptabilité précise. L'ONG s'est dite "préoccupée par la forte hausse du nombre" de ces condamnations dans certains pays. Au Burkina Faso, la peine de mort a été supprimée du nouveau Code pénal en juin. L'État américain champion de la mise à mort est le Texas, qui a doublé le nombre d'exécutions, de 7 à 13.

Si les bourreaux sont moins sollicités, le nombre de personnes condamnées à demeurer dans le couloir de la mort en 2018 a augmenté de 89% par rapport à 2017.

Au total, l'organisation de défense des droits humains a recensé des exécutions dans 20 pays, par décapitation (Arabie Saoudite), électrocution (Etats-Unis), pendaison (Afghanistan, Japon, Singapour), injection létale (Chine, Etats-Unis, Thaïlande) ou arme à feu (Corée du Nord, Yémen). Aux Etats-Unis, la loi relative à la peine maximale dans l'Etat de Washington a été déclarée inconstitutionnelle, la Cour suprême jugeant qu'elle y était "pratiquée de manière arbitraire et basée sur des préjugés raciaux". "Lentement mais sûrement, un consensus mondial est en train de se former visant à la suppression du recours à la peine de mort", a-t-il estimé. Les chiffres réels seraient considérablement plus élevés pour certains pays qui "dissimulent sciemment les procédures judiciaires liées à la peine de mort", ne comptabilisent pas leur nombre ou ne les communiquent pas.

Au Maroc, 19 condamnations la peine de mort ont été prononcés en 2018, précise l'ONG.

Pour rappel, la Suisse a aboli la peine capitale en 1942, à l'exception de la justice militaire, qui en a fait de même cinquante ans plus tard en 1992.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL