Les donateurs pourraient bénéficier d'une fiscalité très avantageuse — Notre-Dame

Pierre Vaugeois
Апреля 17, 2019

La France, les médias et le monde entier restent en état de sidération après l'incendie spectaculaire qui a ravagé Notre-Dame de Paris, lundi. Pour financer sa reconstruction, plusieurs personnalités et entreprises ont annoncé des dons, pour des montants parfois très élevés. "Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore, et je veux que cela soit achevé d'ici cinq année, nous le pouvons", a-t-il affirmé. Ce qui ne devrait pas poser trop de problème au vu des centaines de millions d'euros de dons promis par des grandes fortunes, des entreprises, des institutions et par des milliers d'anonymes.

Cette réduction fiscale, appliquée dans la limite de 5‰ (cinq pour mille) du chiffre d'affaires annuel, peut même atteindre 90% lorsqu'il concerne l'achat de biens culturels considérés comme des "trésors nationaux" ou présentant "un intérêt majeur pour le patrimoine national". D'après les premières estimations, il faudra "entre dix et quinze ans pour reconstruire Notre-Dame de Paris", a affirmé mardi le Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques. Il " sera suivi d'une réunion de lancement de la souscription nationale et de la reconstruction ".

C'est l'État qui est son propre assureur.

Selon une source proche du dossier, des propositions ont été faites au président de la République ce mardi midi sur cette question.

D'autres rapports

Discuter de cet article