Les retraités manifestent pour protester contre la baisse de leur pouvoir d'achat

Xavier Trudeau
Avril 12, 2019

Pour la septième fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron, des retraités étaient mobilisés partout en France jeudi, afin de réclamer une revalorisation des pensions et interpeller un gouvernement "sourd dingue" à leurs revendications, selon leur intersyndicale. Neuf syndicats et associations de retraités avaient lancé un appel à la mobilisation dans tout le pays, pour demander la suppression de la hausse de la CSG, une pension minimum à hauteur du Smic ou encore la "prise en charge de la perte d'autonomie à 100% par la Sécurité sociale".

C'est la septième journée de manifestation nationale, depuis le début du quinquennat.

Plus d'un millier de personnes ont défilé dans la capitale, selon l'AFP. Les manifestants, dont certains scandaient "Macron, rends-nous le pognon!", marchaient derrière une banderole proclamant: "Les retraités ne sont pas des nantis, revalorisation des pensions". Dans le cortège étaient présents quelques "gilets jaunes".

"De l'argent, il y en a dans les caisses du patronat", "Piquons-le là où il y en a. Pas dans les poches des retraités", ont scandé les manifestants à Lyon. "Absolument", surenchérit Gilbert Ducarouge, "prenez par exemple la maintien de la hausse de la CSG de 1,7 % pour les quatre millions de retraités qui vont y échapper et qui ne seront donc pas concernés par la dernière mesure gouvernementale, c'est 3,5 milliards d'euros!"

A Strasbourg, Joseph, 64 ans, "gilet jaune" retraité et ancien boucher, reproche lui à "Macron" de lui enlever "30 euros par mois".

Leur combat dure depuis presque deux ans, avec déjà la sixième rassemblement depuis janvier 2018 mais ce qui a vraiment fait déborder le vase des retraités, "c'est la hausse de la CSG sur nos pensions", dénonce Sabine Bouquet, secrétaire de l'USR CGT de Haute-Loire, "on nous attaque de tous les côtés. mais les retraités ne sont pas riches". Jeudi matin sur LCI, la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, a réaffirmé qu'une réindexation des petites retraites sur l'inflation était "sur la table". "Le gouvernement a entendu aujourd'hui les demandes des retraités modestes", a-t-elle assuré.

Mais les syndicats insistent sur la nécessité d'une revalorisation pour tous les retraités, et ils accusent le gouvernement de jouer "la division" en ne traitant "pas tout le monde de la même façon" et en remettant en cause un droit acquis par le travail et les cotisations.

Ce jeudi 11 avril, environ 70 manifestants se sont réunis devant la préfecture à Laval.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL