Macron veut une baisse des impôts financée en travaillant "davantage"

Xavier Trudeau
Avril 26, 2019

" Il me semble que la meilleure orientation pour répondre aux besoins de justice fiscale n'est pas d'augmenter les impôts de tel ou tel, mais plutôt de baisser les impôts pour un maximum de nos concitoyens, en particulier pour celles et ceux qui travaillent", a-t-il affirmé, en se référant spécifiquement aux classes moyennes. Je ne veux pas de hausse d'impôts. Ce chiffre peut être comparé aux 6 milliards d'euros de baisses décidées par François Hollande sur ce même impôt sur le revenu entre 2014 et 2016.

"J'ai demandé au gouvernement de mettre en oeuvre cette baisse d'impôt par la suppression de certaines niches fiscales". "Autour de cinq milliards, je pense que ce serait une bonne chose", a-t-il affirmé, précisant toutefois qu'il revenait au gouvernement de "définir le quantum". Enfin, le président de la République a mandaté la Cour des Comptes pour évaluer le montant de la fraude et l'évasion fiscale, " qui mine l'adhésion à l'impôt ". "Le Premier ministre Édouard Philippe " est en train de piloter ce travail", a-t-il ajouté".

"J'ai entendu combien la réforme de l'ISF était perçue comme un cadeau, une injustice fiscale", avoue-t-il. Le chef de l'Etat a avancé plusieurs propositions dont deux seront, à n'en pas douter, impopulaires. S'il n'y a pas d'investissement il n'y a pas d'économie. "Elle relève du simple pragmatisme", ajoute-t-il.

Emmanuel Macron a par ailleurs refusé de revenir sur sa réforme de l'ISF, promettant seulement une " évaluation en 2020 ". "Si elle n'est pas efficace, nous la corrigerons ", a-t-il assuré.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL