Paris : appel à la grève générale dans les services de l'AP-HP

Xavier Trudeau
Avril 23, 2019

Fait inédit depuis la réforme du temps de travail en 2015, l'ensemble des principaux syndicats de l'AP-HP (CGT, SUD, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa), auquel s'est joint le SMPS (manageurs publics de santé) ont déposé un préavis de jeudi à 21H00 à samedi à 07H00.

Les syndicats de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ont exigé un moratoire sur "toute fermeture de lit, de service et suppression de postes" vendredi 19 avril, journée de grève à l'AP-HP. "On a eu une augmentation de 3% du passage dans les urgences annuellement à peu près, il y a des jours où on travaille à la chaîne et où ça en devient dangereux pour les malades", témoigne pour sa part Diane Abreu, infirmière à l'hôpital Saint-Antoine. Ils dénoncent des conditions de travail "insupportables" avec des effectifs insuffisants, des patients de plus en plus nombreux, les violences et des salaires trop bas.

"Même chez nous, le ton monte, des parents s'en prennent aux soignants", abonde Laure, également en poste aux urgences pédiatriques de Necker.

Il a présenté aux syndicats des axes de travail sur "l'ascenseur social, la déprécarisation et l'élaboration d'une stratégie pour la gériatrie", évoquant une réunion "la semaine prochaine".

"Je ne nie pas les problèmes de conditions de travail mais ce n'est pas ce qui a déclenché" le mouvement, a-t-elle dit, précisant que "les négociations sont en cours avec la direction de l'AP-HP".

Christophe Prudhomme a déploré que la délégation n'ait pas été reçue par "M. Hirsch et Mme Hidalgo, qui n'ont pas voulu interrompre le conseil de surveillance pour nous voir".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL