Rejet du recomptage des votes demandé par Erdogan — Municipales en Turquie

Claudine Rigal
Avril 12, 2019

La défaite du président turc, Recep Tayyip Erdogan, aux élections municipales à Istanbul ne passe pas, même si son parti, l'AKP, a raflé la mise dans la plupart des villes du pays. "Nous allons emprunter la voie du recours extraordinaire (...)".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que les autorités électorales devraient annuler le scrutin municipal remporté par l'opposition à Istanbul, arguant que des irrégularités rendaient le vote illégitime, selon des propos rapportés mercredi.

Selon les résultats provisoires des élections municipales du 31 mars, l'AKP a remporté les élections à l'échelle nationale mais subi un revers à Istanbul et Ankara, remportées par l'opposition, deux villes sous contrôle de l'AKP et ses prédécesseurs islamistes depuis 25 ans.

Ces déclarations accentuent la pression sur le Haut-comité électoral (YSK), alors que le parti de M. Erdogan, l'AKP (islamo-conservateur), a annoncé mardi qu'il allait demander la tenue de nouvelles élections à Istanbul.

L'AKP affirme que des bureaux de vote ont minimisé le nombre de voix reçues par son candidat en envoyant des données tronquées aux autorités électorales et soutient que dans un district, celui de Büyükçekmece, plusieurs milliers de personnes ont été indûment inscrites sur les registres électoraux.

A Ankara, malgré des recours déposés par l'AKP la semaine dernière, le candidat du CHP Mansur Yavas a obtenu lundi matin le document confirmant sa prise de fonction.

" Si c'est comme ça, alors faisons des élections tous les deux mois! On a eu sept scrutins en cinq ans, l'économie est en cendres, le pays est polarisé: même les enfants connaissent les noms des partis ".

Il a observé que "l'arbitrage vidéo a validé le but, l'arbitre central l'a accepté, les supporters des deux équipes applaudissent, mais un ou deux joueurs sur le terrain font des difficultés".

Après les recomptages partiels, il n'avait plus que quelque 15.000 voix d'avance.

Dimanche, l'AKP a demandé le recomptage de toutes les voix dans 38 des 39 districts d'Istanbul, mais cette demande a été retoquée mardi par l'YSK, qui a toutefois autorisé un recomptage des votes de 51 urnes. Pour Büyükçekmece, district où l'AKP demande l'annulation de l'élection, la décision de l'YSK a été repoussée, selon Recep Özel. "Notre parti a établi que des crimes organisés, que des actions ont été perpétrées de manière organisée " lors du scrutin, a assuré M. Erdogan, évoquant un " vol dans les urnes ".

"Recep Tayyip Erdogan avait semblé évoquer lundi l'hypothèse d'un nouveau vote à Istanbul, en déclarant qu'" aux Etats-Unis, lorsqu'il y a débat sur 1 % du vote, vous voyez qu'ils décident de refaire les élections ".

"A Istanbul, où il y a plus de 10 millions d'électeurs, personne n'a le droit de proclamer sa victoire avec une différence de 13 ou 14.000 voix", a-t-il ajouté.

M. Imamoglu, qui se présente d'ores et déjà comme le " maire d'Istanbul", accuse l'AKP de vouloir gagner du temps en multipliant les recours pour effacer les traces d'éventuelles malversations commises à la municipalité, ce que nie fermement l'AKP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL