Spectaculaire braquage d’un avion d’Austrian Airlines, des millions d’euros dérobés — Albanie

Claudine Rigal
Avril 12, 2019

Cette somme importante s'explique par le fait que les banques étrangères installées en Albanie transfèrent leurs fonds vers Vienne car la banque centrale albanaise refuse de les prendre en charge. Les autres échappent aux forces de l'ordre, malgré le déploiement de forces d'élite épaulées de deux hélicoptères.

L'homme qui a été tué est Admir Murataj.

La police albanaise a interpellé quatre personnes et en a interrogé 40 autres ce mardi 9 avril, après que des individus armés ont volé des millions d'euros déposés dans un avion d'Austrian Airlines.

Les médias locaux ont indiqué que le butin s'élèverait entre 2,5 et 10 millions d'euros.

Admir Murataj n'était pas un inconnu: selon les médias, il s'était évadé en 2013 d'une prison grecque avec une dizaine d'autres malfaiteurs albanais. Ces dernières ont en conséquence l'habitude de transférer leurs fonds vers Vienne. En février 2017, les voleurs étaient repartis avec 3,2 millions d'euros, en juin 2016, ils s'étaient emparés de 995 000 euros, après deux autres attaques en 2015. Néanmoins, par mesure de sécurité, il n'y aura plus de transports de fonds à partir de Tirana, a-t-elle précisé.

"Les mesures de sécurité à l'intérieur de l'aéroport ont complètement échoué", a déclaré à l'AFP Spiro Brumbulli, secrétaire général de la société des banques albanaises, relevant qu'elles sont assurées par une société privée. L'aéroport lui-même est géré depuis 2016 par une entreprise chinoise concessionnaire, China Everbright Limited.

Des accusations rejetées par la société, qui a affirmé dans un communiqué avoir "respecté toutes ses obligations".

L'opposition au Premier ministre socialiste Edi Rama s'en est pris à " l'incompétence désarmante " du gouvernement.

" C'est une affaire très grave et malheureusement pas inédite", a réagi la ministre des Infrastructures Belinda Balluku".

Une porte-parole d'Austria Airlines a assuré que les passagers et l'équipage n'avaient à aucun moment été en danger.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL