Uber officiellement en route pour entrer en Bourse — Finances

Xavier Trudeau
Апреля 14, 2019

La première cotation pourrait avoir lieu en mai.

Le groupe était valorisé 76 milliards de dollars lors de son plus récent tour de table.

Avec le dépôt de son prospectus, Uber est dans les clous pour entamer une tournée auprès des investisseurs. Reuters a rapporté cette semaine que le groupe espérait lever environ 10 milliards de dollars, pour une valorisation totale comprise entre 90 et 100 milliards.

Les premiers pas difficiles de l'application concurrente Lyft ne sont pas étrangers au rabotage du prix estimé de l'IPO d'Uber.

Uber Technologies Inc. compte 91 millions d'utilisateurs, mais la croissance ralentit et risque de ne jamais générer de profit, a annoncé jeudi la société dans un appel public à l'épargne.

Parmi les IPO de "licornes" (entreprises non cotées valorisées à plus d'un milliard de dollars) les plus attendues, on trouve essentiellement des entreprises technologiques situées, comme Lyft et Uber à San Francisco, sur la côte Ouest des Etats-Unis: Slack (messagerie d'entreprise), Pinterest (partage de photos), Airbnb (location saisonnière). Mais la concurrence féroce qui agite le secteur complique les efforts d'Uber pour recruter et conserver des conducteurs. La société a mis en garde contre l'espoir que les dépenses d'exploitation "augmenteraient considérablement dans un avenir prévisible" et "n'atteindraient peut-être pas la rentabilité". Mais les pertes sont également très importantes: 3 milliards de dollars en 2018, 10 milliards en cumulé depuis 2016! Le document remis à la SEC, le gendarme de la Bourse américain, indique que l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 11,27 milliards de dollars l'an dernier, contre 3,85 milliards en 2016.

Pour appâter les investisseurs, Uber aura certainement à expliquer ses projets de transition vers la voiture autonome, une technologie qui lui permettra de réduire sensiblement ses coûts, mais qui pourrait remettre en cause son modèle d'entreprise.

Dara Khosrowshahi, directeur général d'Uber, ne répondra pas seulement aux questions sur les finances de l'entreprise, mais convaincra également les investisseurs qu'il a réussi à changer la culture et les pratiques commerciales après une série de scandales embarrassants au cours des deux dernières années.

D'autres rapports

Discuter de cet article