Venezuela : accord Maduro-CICR sur l'envoi d'aide humanitaire

Claudine Rigal
Avril 14, 2019

A cet effet, le vice-président Mike Pence a invité ses pairs à reconnaître le président vénézuélien autoproclamé comme président légitime. "Mike Pence m'a comparé à Adolf Hitler", a-t-il déclaré dans une allocution télévisée, avant d'ajouter qu'Adolf Hitler se situait "de l'autre côté" de l'hémisphère.

Nicolas Maduro, qui nie que la situation actuelle du Venezuela puisse être qualifiée de crise humanitaire, a estimé que cette coopération devrait être mise en oeuvre "sans politisation grotesque", dans la "légalité et le respect". 3,5 millions de personnes ont fui le pays et 1/4 des Vénézuéliens ont besoin d'une assistance dans ce que les ONG qualifient de "plus grave crise humanitaire en temps de paix ". Il pourrait être présenté à l'Assemblée générale de l'ONU, où la Russie et la Chine, soutiens du président vénézuélien Nicolas Maduro, n'ont pas de droit de veto.

S'adressant directement au représentant du Venezuela Samuel Moncada, le vice-président américain a lancé qu'il ferait mieux de rentrer dans son pays dire à Nicolas Maduro que "son heure était comptée". En rappelant les sanctions individuelles déjà prises par Washington à l'encontre de responsables vénézuéliens, Mike Pence a aussi annoncé que Donald Trump allait "adopter prochainement des sanctions contre Cuba pour sanctionner son influence négative au Venezuela". Il accuse les Etats-Unis d'être derrière ces attaques dans le but de déstabiliser son gouvernement.

Fin février, deux projets de résolution concurrents avaient été rejetés par le Conseil de sécurité, illustrant la profonde division de la communauté internationale.

La capitale Caracas et une grande partie du Venezuela étaient à nouveau plongées dans le noir dans la nuit de mardi à mercredi en raison d'une nouvelle panne d'électricité, selon l'AFP et des témoignages publiés sur les réseaux sociaux.

Des groupes d'habitants se sont rassemblés en divers points de la capitale et du pays.

Depuis le 7 mars et une méga-panne qui avait laissé presque tout le pays dans l'obscurité pendant cinq jours, les coupures d'électricité ont été sporadiques au Venezuela, affectant notamment les services de distribution d'eau, les transports et les réseaux de téléphone et internet.

L'opposition dirigée par Juan Guaido, le chef du Parlement, reconnu par ailleurs comme le président par intérim par de nombreux pays dans le monde, ne cesse de protester contre les nombreuses défaillances du service public.

Le pouvoir a également appelé à des manifestations entre jeudi et samedi pour commémorer le 17e anniversaire du coup d'Etat manqué en 2002 contre l'ex-président Hugo Chavez (1999-2013) et dénoncer les menaces d'"intervention" des Etats-Unis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL