Amazon investit dans la plateforme de livraison de repas Deliveroo

Xavier Trudeau
Mai 18, 2019

Alors qu'Uber semblait en embuscade pour mettre la main sur le britanique Deliveroo, la société de livraison à domicile vient d'annoncer un nouveau tour de table de 575 millions de dollars, mené par Amazon.

L'annonce de cet investissement du géant de la distribution en ligne a provoqué une onde de choc en Europe, où d'autres jeunes pousses du secteur Takeaway.com, Delivery Hero et surtout Just Eat dévissaient en Bourse, avec des replis compris entre 3,6% et 7,7% en début d'après-midi.

Les grands groupes des nouvelles technologies parient sur l'essor de la livraison de repas commandés sur internet, une activité qui ne concerne plus seulement la restauration rapide et de faible qualité mais aussi désormais les plats plus élaborés et plus sains.

Leur taille et leur puissance financière les placent en position de force face à des concurrents beaucoup plus petits qui doivent encore sacrifier leur rentabilité à la nécessité d'investir pour croître.

Amazon a participé à cette augmentation de capital de Deliveroo aux côtés de plusieurs fonds d'investissement déjà actionnaires, selon le communiqué.

Les investisseurs historiques T Rowe Price, Fidelity Management and Research Company, and Greenoaks maintiennent leurs positions. "Amazon a été une source d'inspiration pour moi personnellement et pour l'entreprise, et nous sommes impatients de travailler avec une organisation aussi obsédée par les clients", a déclaré le fondateur et PDG de Deliveroo, Will Shu.

Dans le même temps, Deliveroo est régulièrement critiquée par ses coursiers à vélo, qui dénoncent la précarité de leur contrat liée notamment à leur statut d'autoentrepreneurs, ce qui les empêche d'avoir droit à un salaire minimum ou à des congés payés.

Amazon pour sa part s'est dit "impressionné par l'approche de Deliveroo et sa volonté de fournir aux clients une sélection toujours plus grande de restaurants". La presse avait révélé l'an dernier des discussions que l'américain Uber aurait menées pour acheter Deliveroo et le rapprocher de son propre service Uber Eats.

En France, son deuxième marché après le Royaume-Uni, ses ventes ont été multipliées par 2,5 à 58 millions d'euros, avec en outre un bénéfice après impôt de 1,5 million d'euros en 2017.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL