"J'ai brûlé la France" : le rappeur Nick Conrad provoque un nouveau tollé

Pierre Vaugeois
Mai 20, 2019

Dans une chanson intitulée Doux pays, il se livre à des propos obscènes contre la France. Dépourvu d'inspiration et de finesse, le rappeur y déclame: "Je ba*se la France, ba*se la France / Jusqu'à l'agonie / Je brûle la France", "Cet hexagone, j'l'enc*le sa grand-mère", "J'vais poser une bombe sous son Panthéon ", "Que dit l'autre con de Charles Trenet / N'a jamais été doux, le pays ". Il se risque en outre à des allusions sexuelles à l'encontre d'un journaliste, Olivier Cachin.

Dans un court message à la fin de la vidéo, il avait tenté d'expliquer sa démarche."Le mot France est ici à considérer comme mentalité française, médias etc. qui se sont arrogés le droit de qualifier Nick Conrad en des termes inexacts plus que d'ouvrir le débat épineux", fait-il valoir. Sa nouvelle oeuvre fait déjà couler beaucoup d'encre.

Condamné en mars dernier à 5000 euros d'amende avec sursis pour provocation au crime après la publication d'un clip intitulé "Pendez les blancs", le chanteur auto-produit originaire de Seine-Saint-Denis a récidivé ce vendredi 17 mai avec la diffusion d'un clip intitulé "Douce France", où il multiplie les provocations. Sur la séquence vidéo qui l'accompagne, on peut voir Nick Conrad simuler l'étouffement d'une femme avec ses mains.

"Aucune tolérance face à ceux qui incitent à la haine et à la violence!", a réagi le ministre de la Culture Franck Riester sur Twitter. 30 ans de communautarisme, de haine de la France et des Français et voici le résultat: "un appel au meurtre et à la guerre civile", a écrit de son côté Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France. "On va laisser faire combien de temps?" La justice devrait donc de nouveau se pencher sur le cas de cet individu.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL