La croissance française revue à la hausse pour 2018

Xavier Trudeau
Mai 18, 2019

C'est en tout cas ce que révèlent les chiffres provisoires de l'Insee publiés hier. Le nombre de personnes au chômage en métropole reste de 2,4 millions fin mars 2019, mais derrière la virgule, se cache une baisse de 19 000 chômeurs par rapport au trimestre précédent. Le chômage a continué de baisser au premier trimestre, atteignant son plus bas depuis dix ans, mais à un rythme lent, faute de croissance forte.

Le taux de chômage calculé selon les normes du Bureau international du travail (BIT) s'est replié de 0,1 point au premier trimestre en France métropolitaine pour s'établir à 8,4% de la population active, soit un plus bas depuis début 2009, selon les données publiées jeudi par l'Insee.

La croissance de la France ralentit mais ne s'effondre pas Guerre commerciale Chine-USA: quelles conséquences si l'escalade se poursuit? .

Sur un an, la baisse du taux de chômage atteint 0,5 point pour la France métropolitaine comme pour la France entière.

"C'est le meilleur résultat qu'on ait depuis 10 ans", s'est réjoui Edouard Philippe. Ainsi la part du sous-emploi, c'est-à-dire les personnes en temps partiel qui souhaitent travailler davantage, est en recul, tout comme "le halo du chômage", ces personnes qui souhaitent travailler mais ne cherchent pas activement ou ne sont pas disponibles.

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est montré prudent ce jeudi 16 mai sur l'objectif fixé par Emmanuel Macron d'atteindre le plein emploi en France "à l'horizon 2025", refusant de fixer une échéance plus précise.

"A l'automne nous devons finaliser ce nouveau pacte et bâtir cette nouvelle stratégie", a déclaré le chef de l'Etat, affirmant que ce pacte ne remettait pas en cause l'objectif d'atteindre un taux de chômage à 7% en 2022. Du fait du vieillissement, le gouvernement va cependant bénéficier d'une moindre progression de la population active, de +150 000 par an entre 2005 et 2015 à +60 000 entre 2015 et 2025 selon l'Insee.

Pour s'attaquer au noyau dur du chômage (jeunes non qualifiés, seniors, chômeurs de longue durée) et répondre aux difficultés de recrutement des entreprises, l'exécutif compte aussi sur l'effet de sa réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage.

LIRE AUSSI Assurance chômage: une négociation vouée à l'échec?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL