Nick Kyrgios, le dérapage de trop ?

Solenn Plantier
Mai 18, 2019

Il a quitté le court en plein match du 2e tour du Masters 1000 de Rome après avoir reçu un jeu de pénalité dans le 3e set de son match face à Casper Ruud. Puis casse sa raquette, donne un coup de pied dans sa chaise, et balance un coussin au milieu du court. A sa manière. Dans un message diffusé sur son compte Instagram, l'Australien a fait son mea culpa du bout des lèvres en restant fidèle à lui-même: "Ce fut une journée où il s'est passé beaucoup de choses. Peut-être qu'on se reverra". En 2015 déjà, il avait été suspendu 28 jours (écopant aussi d'une lourde amende) pour ses écarts de comportement face à Stan Wawrinka à Montréal, avant d'être une nouvelle fois sanctionné en 2017 puis en 2018.

"Dans une interview accordée à un journaliste américain, il avait dit tout le mal qu'il pensait du N.1 mondial Novak Djokovic". Djokovic? "J'ai l'impression qu'il a un besoin maladif d'être aimé. Ça en devient embarrassant", a-t-il dit. Le roi de la terre battue en a aussi pris pour son grade: "C'est mon opposé total". "Quand il me bat, tout va bien, il te dit que tu es un adversaire difficile et que tu as bien joué. Je jouais de cette façon auparavant et rien n'a changé!", a-t-il estimé.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL