Brésil: La cour suprême va réexaminer la demande de libération de Lula

Claudine Rigal
Juin 13, 2019

L'ancien président brésilien purge depuis avril 2018 une peine de 8 ans et 10 mois de prison. Ils ont eu accès à un grand volume de messages privés, sur Telegram, entre le procureur et le juge Sergio Moro. Il a depuis été nommé ministre de la Justice et de la Sécurité publique en janvier par le président Jair Bolsonaro.

La Cour suprême du Brésil a reporté sine die le jugement d'une demande de libération de l'ex-président Lula prévu mardi 11 juin, deux jours après des révélations sur la partialité de ceux qui l'ont condamné pour corruption. Les révélations viennent de jeter le doute dans cette affaire. Si leur véracité est établie, ces échanges battent en brèche la supposée nécessaire impartialité du juge Moro, qui aurait fourni des indications et conseils aux procureurs contre sa bête noire qu'est Lula.

Les responsables, accusés de "tromperies systématiques" et de "manque d'éthique", auraient conspiré pour empêcher Lula de se représenter à la présidentielle de 2018, pour laquelle les sondages le donnaient largement vainqueur, et finalement remportée par le libéral-conservateur Jair Bolsonaro.

Lula a toujours clamé son innocence et s'est dit victime d'une machination politique destinée à lui barrer la route dans le cadre de l'élection.

Pour sa part, le candidat du parti de Lula à la présidentielle, Fernando Haddad, a exigé une enquête approfondie sur ce qui pourrait devenir selon lui "le plus grand scandale institutionnel de l'histoire de la République".

Les messages illégalement obtenus ont été "sortis de leur contexte", se défend-il. Sur le fond, il dément toute irrégularité dans son comportement lors de l'enquête.

Rio de Janeiro (AFP) - Les responsables de l'enquête anticorruption Lava Jato (Lavage express) au Brésil ont manoeuvré pour empêcher le retour de l'ex-président de gauche Lula au pouvoir l'an dernier, rapporte dimanche The Intercept, sur la base de fuites potentiellement explosives.

"Nos reportages ne font que commencer", a-t-il averti.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL