Fin de carrière pour Tony Parker — NBA

Solenn Plantier
Juin 11, 2019

Il va ouvrir la Tony Parker Adequat Academy, une école internationale plus tard dans l'année et il est investi dans différentes affaires.

En 17 ans sous les couleurs noires et grises de San Antonio, Parker a participé à l'une des dynasties les plus dominantes de l'histoire du basket américain aux côtés de Tim Duncan et Manu Ginobili, sous les ordres de son entraîneur Gregg Popovich, avec qui il entretenait une relation presque filiale.

Une décision mûrement réfléchie donc, malgré la tentation de disputer la rencontre entre les Charlotte Hornets et les Milwaukee Bucks en France, en janvier 2020: "J'ai hésité un peu parce qu'il y a le match à Paris au mois de janvier, la NBA revient, mais je viendrai en tant que spectateur". Avec son compatriote Nicolas Batum, ils ont terminé à la 9e place de la conférence Est. La première est 2003, lorsqu'il fut le premier Français à passer à son doigt la fameuse bague de champion de la NBA, le trophée le plus convoité dans son sport, avec les San Antonio Spurs.

Parker a compensé sa taille modeste (1,88 m) par sa rapidité, ses pénétrations dans la raquette et son professionnalisme qui lui a notamment permis de revenir d'une grave blessure (rupture du tendon du quadriceps gauche en mai 2017). J'ai passé un super moment à Charlotte. C'était comme une éponge qui a absorbé toutes ces informations à une vitesse grand V. Il a commencé à 19 ans, il a fait cinq matchs comme remplaçant, et tout de suite il a été nommé titulaire. Je savais que les temps changeaient et je me suis senti très nostalgique, confie Tony Parker. Et être loin de ma famille, à San Antonio, a joue également. J'ai beaucoup de choses géniales dans ma vie.

-Européen le plus titré en NBA (4 fois).

Sa vitesse d'exécution. Dès qu'on l'a vu jouer à l'Insep à l'âge de 16-17 ans, on voyait qu'il avait une vitesse de niveau mondial, du niveau d'un Carl Lewis ou d'un Usain Bolt. Ce fut un choc énorme pour tous les fans de basket, en particulier chez nous en France, tellement habitués à voir Tony sous le maillot des Spurs. "Et ça a été très dur de retrouver la motivation et la concentration pour jouer".

Parker a toujours dit qu'il voulait "rendre au basket français ce qu'il lui avait donné".

Même si son apport sur le terrain a été intéressant, Charlotte n'a pas réussi cette saison à se qualifier pour les play-offs, l'objectif affiché de la franchise.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL