Gaspillage : la destruction des produits non alimentaires invendus va être interdite

Xavier Trudeau
Июня 4, 2019

"Ce sera une première mondiale", a vanté le chef du gouvernement, au moment où l'exécutif veut convaincre de son action en matière d'écologie et répondre aux attentes environnementales des Français, illustrées par une poussée du vote écologiste lors des dernières européennes.

Cliquez ici pour nous alerter! Le gaspillage de nombreux produits alimentaires est déjà encadré par la loi, encadrement étendu à la restauration collective et à l'industrie agroalimentaire par la loi qui a suivi les états généraux de l'alimentation, dont les décrets sont en cours de rédaction.

La destruction des invendus non alimentaires (vêtements, électroménager, produits d'hygiène ou de beauté etc.), un des cas emblématiques du gaspillage, va être interdite d'ici deux à quatre ans en France, a annoncé mardi le Premier ministre Edouard Philippe.

Selon le cabinet du Premier ministre, la mesure s'appliquera à partir de fin 2021 pour les produits disposant d'une filière de collecte et recyclage dite "REP". Elle figurera dans le projet de loi antigaspillage et pour une économie circulaire présenté en juillet au Conseil des ministres.

Si l'on en croit les chiffres communiqués par Matignon, plus de 600 millions d'euros de produits non alimentaires neufs mais invendus sont jetés ou détruits chaque année.

"Nous pouvons éviter (.) ce gaspillage scandaleux", a expliqué le Premier ministre devant la presse.

"Notre idée, ce n'est pas de contraindre ou d'imposer, mais d'accompagner les entreprises (.) faire en sorte que nous passions à une étape nouvelle de notre économie". Pour les autres, elle interviendra au plus tard fin 2023, ont précisé Matignon et le ministère de la Transition écologique.

D'autres rapports

Discuter de cet article