Homéopathie: Une "efficacité insuffisante" justifie un déremboursement, estime la HAS

Evrard Martin
Июня 28, 2019

En 2018, le remboursement des médicaments homéopathiques a représenté 126,8 millions d'euros en France.

Le maintien par la Haute autorité de santé (HAS) d'un avis défavorable au remboursement des médicaments homéopathiques "ne tient pas compte de la "spécificité des médicaments homéopathiques", estime vendredi le groupe Boiron, spécialiste de ces produits".

Les Français, dont 72 % d'entre eux " croient en ses bienfaits " (1) sont donc fixés sur cette nouvelle mesure que la HAS rendra officielle demain. Selon des informations de Libération, la HAS va demander le déremboursement, un nouveau coup dur pour les fabricants français de médicaments homéopathiques. "Il n'est pas question de contester leur expérience", a souligné Dominique Le Guludec, présidente du collège de la HAS, en présentant l'avis vendredi matin.

La HAS précise avoir identifié des données scientifiques pour 24 affections et symptômes traités par homéopathie tels que les troubles de l'anxiété, les verrues plantaires, les soins de support en oncologie, les infections respiratoires aiguës chez l'enfant, etc. "Pour l'ensemble de ces affections et symptômes (.) ces médicaments n'ont pas démontré scientifiquement une efficacité suffisante pour justifier d'un remboursement", indique la HAS, en ajoutant que plusieurs raisons motivent cette conclusion. Laboratoires, homéopathes et usagers ont lancé une campagne médiatique soutenue par des élus, "Mon homéo, mon choix", avec une pétition qui revendique plus d'un million de signatures.

"Nous demandons un moratoire" ainsi qu'"un débat parlementaire suivi d'un débat public", a déclaré Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale du leader mondial Boiron, au nom des labos.

Représentante du syndicat Force ouvrière dans l'établissement de distribution (30 salariés) installé au nord de Pau, Catherine Carrère, a des craintes pour l'emploi: "Au plan national, ce sont 1 200 emplois qui risquent de disparaître si le gouvernement suit l'avis de la haute autorité de santé, favorable au déremboursement".

Gérard Collomb a reçu une délégation de manifestants "composée de médecins, pharmaciens, sages-femmes, de représentants et organisations syndicales de l'entreprise Boiron, en présence de Blandine Brocard, députée LREM du Rhône (favorable au remboursement de l'homéopathie)". Un argument qui sera sans doute contesté par de nombreux utilisateurs de produits homéopathiques qui affirment, souvent avec force, être soulagés par ces traitements.

" La décision sera politique".

Pour autant, "d'autres éléments (que les éléments scientifiques) peuvent intervenir", a concédé Mme Le Guludec. Enfin, rien ne démontre qu'elle permet de "réduire la consommation d'autres médicaments".

Ils rappellent d'ailleurs qu'un certain nombre d'affections ou symptômes, bénins et spontanément résolutifs, ne doivent pas appeler au recours systématique à un médicament, qu'il soit ou non homéopathique.

D'autres rapports

Discuter de cet article