Hong Kong: grande manifestation contre un projet d'extradition vers la Chine

Claudine Rigal
Juin 10, 2019

Le gouvernement pro-Pékin de Hong Kong a annoncé lundi 10 juin qu'il ne comptait pas retirer un projet de loi très controversé qui permettra les extraditions vers la Chine, au lendemain d'une manifestation monstre contre ce texte dans l'ex-colonie britannique. "Notre ville est plus importante que mon commerce", a-t-il déclaré.

Le parc Victoria, où a démarré la manifestation avec des centaines de milliers de gens portant une chemise blanche et un parapluie jaune, a été le symbole des manifestations de 2014 en faveur de la démocratie connue sous le nom de " révolution des parapluies".

"La voix du peuple n'est pas écoutée", s'est indigné Ivan Wong, un étudiant de 18 ans. "Cela a des conséquences sur mon avenir".

Un manifestant à Hong Kong, le 9 juin 2019. Les milieux d'affaires sont également montés au créneau, venant s'ajouter aux critiques exprimées par les Etats-Unis, le Canada, l'ancienne puissance coloniale britannique et de nombreux autres gouvernements européens.

Les changements en perspective sur la question des extraditions visent à simplifier les procédures permettant d'envoyer des suspects vers des pays ou territoires tiers comme la Chine continentale, Macao et Taïwan, en plus des vingt pays avec lesquels Hong Kong dispose déjà de conventions d'extradition. Certains détracteurs ont souligné qu'il s'agissait tout simplement d'un prétexte pour satisfaire Pékin.

La marche de dimanche, avec sa mobilisation exceptionnelle, pose un énorme défi à Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif hongkongais, qui n'est pas élue mais nommée. Les organisateurs de la manifestation ont averti dimanche soir que leurs actions "monteraient en puissance" si le gouvernement ne tenait pas compte de l'opposition au texte. Plusieurs hauts responsables du Parti communiste chinois ont affiché leur soutien à la loi d'extradition.

En vertu du principe "un pays, deux systèmes" ayant présidé à sa rétrocession, Hong Kong bénéficie actuellement d'un système juridique distinct de celui de la Chine.

La suspicion envers la Chine est renforcée par une série de disparitions de personnalités critiques envers le pouvoir chinois, dont un groupe d'éditeurs dissidents et un milliardaire, qui sont ensuite réapparues en détention sur le continent.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL