Il frappait au hasard: Un infirmier allemand reconnu coupable de 85 meurtres

Claudine Rigal
Juin 7, 2019

Le juge Sebastian Bührmann va probablement prononcer la perpétuité assortie d'une période de sûreté, qui réduit à la portion congrue toute possibilité de libération après 15 ans. "Ce que vous avez commis est incompréhensible, votre culpabilité est inconcevable", a-t-il encore dit à l'adresse du condamné, resté impassible tout au long de l'énoncé d'une heure et demie.

L'ex-infirmier Niels Högel, accusé du meurtre d'une centaine de patients, attend le verdict avec ses avocates au tribunal d'Oldenbourg, en Allemagne, le 6 juin 2019.

Cela ne changera rien dans le fond pour cet homme corpulent de 42 ans, déjà condamné à la sentence la plus lourde pour six meurtres, car les peines ne sont pas cumulables. Il a aussi confié être rongé par la "honte" et "les remords". L'homme, en mal de gloire, dépendant aux analgésiques, provoquait des arrêts cardiaques chez ses patients choisis arbitrairement et tentaient de les réanimer, le plus souvent sans succès. 130 exhumations ont été opérées pour constituer le dossier d'accusation.

Après avoir assumé les faits, Niels Högel a reconnu au cas par cas être l'auteur de 43 meurtres, et nié cinq autres.

La police le suspecte d'en avoir tué au total jusqu'à 200, dans des affaires qui ne pourront toutefois plus être éclaircies, notamment car les corps d'un grand nombre de victimes ont été incinérés. Pour les 52 restants, il ne se souvient plus s'il a ou non "manipulé", terme qu'il emploie pour décrire ses meurtres.

"Ils ont envoyé en toute conscience un meurtrier en série dans une autre clinique", accuse M. Marbach, dont le grand père fut victime de l'infirmier à Delmenhorst.

L'ampleur de l'affaire a soulevé la question de la responsabilité des hôpitaux, qui n'ont pas réagi malgré la surmortalité constatée lorsque l'infirmier était de service, voire d'avoir tenté de maquiller la vérité. Les témoignages d'anciens collègues étaient du coup très attendus mais tous ont déclaré qu'ils ne se souvenaient plus. Dix d'entre eux font l'objet d'enquêtes pour parjure ou faux témoignages.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL