Malgré la grève, le trafic devrait être "normal" — SNCF

Xavier Trudeau
Juin 4, 2019

Ce 4 juin, les cheminots manifestent en France et à Paris pour la première fois depuis la promulgation du "nouveau pacte ferroviaire", fin juin 2018. Un texte que n'avaient pas bloqué 36 jours de grève sur trois mois, au printemps dernier.

Les quatre syndicats de cheminots ont appelé à une manifestation contre la réforme ferroviaire qui ouvre le transport de personnes à la concurrence et instaure l'arrêt des embauches au statut de cheminot en 2020.

Ainsi, le rapport au Président de la République relatif à cette ordonnance, et également publié mardi au JO précise qu'"en cas de transfert d'activité à une filiale ou un groupement d'intérêt économique par la société nationale SNCF ou une de ses filiales relevant de l'actuel groupe public ferroviaire, les contrats de travail des salariés affectés à cette activité se poursuivent dans la nouvelle entité".

Les cheminots sont appelés à manifester mardi, à Paris, contre la réforme ferroviaire et la dégradation du climat social dans l'entreprise. Malgré tout, la SNCF attend un trafic normal sur l'ensemble du réseau, à l'exception des TER des Hauts-de-France et du Centre-Val de Loire. Expliquant que leur "activité est adossée à l'activité des trains", elles réclament le rattachement de leur secteur à cette branche, et non à celle de la restauration de collectivités.

Une semaine avant la manifestation parisienne, la CGT-Cheminots, premier syndicat de la SNCF, annonçait à la presse "9.000 inscrits CGT" à ce défilé, y voyant la promesse d'"une forte mobilisation". L'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat, plaçait "à 15.000 manifestants" le seuil d'"une réussite".

A partir de 13H00, les cheminots se rassembleront sur la place d'Italie. Leurs troupes seront renforcées par des retraités du rail, des élus, comités de défense de lignes ferroviaires et associations d'usagers. Des salariés d'autres secteurs seront aussi présents, venus de la restauration ferroviaire, de l'agroalimentaire, de la culture ou de la fonction publique.

Sont également attendus des agents de la RATP, où la CGT a déposé un préavis de grève pour "défendre le service public de transport". L'Unsa prévient que cette manifestation sera "un coup de semonce".

Le 4 juin doit permettre aux cheminots d'"exprimer leur inquiétude et leur colère", mais c'est aussi "un avertissement", a estimé SUD-Rail, troisième syndicat.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL