Pourquoi la gravure découverte à Angoulême est exceptionnelle — Préhistoire

Pierre Vaugeois
Juin 8, 2019

L'Inrap explique effectivement que l'art azilien marque souvent une rupture, un abandon de l'art figuratif au profit de l'art abstrait.

"

"Angoulême est la capitale de la bande dessinée depuis 12.000 ans!"

". Dans cette vidéo, les chercheurs de l'INRAP racontent cette découverte exceptionnelle Une surprise pour les archéologuesLes archéologues se disent surpris par cette découverte car cette pièce "très naturaliste" a été gravée à la fin du Paléolithique pendant la période de l'Azilien. Cette plaque de grès siliceux extraite du sol mesure 28 cm de long et 18 cm de large et laisse encore apparaître les esquisses de cinq quadrupèdes aux silhouettes graciles, un cheval et quatre autres herbivores. Tous étant curieusement acéphales (sans tête). Superposées et réalisées sur les deux faces du bloc, les délicates figures préhistoriques présentent des traits anatomiques parfaitement maîtrisés et comportent également des sortes de hachures.

Car cette pièce est datée d'environ 12'000 ans avant notre ère, ce qui correspond à la période dite de l'Azilien. Trouver des chevaux et d'autres animaux dessinés à cette période de l'Azilien récent, c'est exceptionnel.

Cette découverte sera présentée au public à Angoulême durant les Journées nationales de l'archéologie du 14 au 16 juin. Après analyse des experts, il s'avère que l'animal le plus visible sur la première face est bien un cheval, présentant des jambes et des sabots très réalistes.

A l'été 2018, des représentations figuratives avaient été retrouvées sur des plaquettes de schiste gravées du site azilien ancien (vers 14'000 ans avant notre ère) du Rocher de l'Impératrice à Plougastel-Daoulas (ouest de la France). "Mais là cela décale de 2000 ans la persistance des représentations figuratives" dans l'art azilien, ajoute Valérie Feruglio.

Les auteurs des gravures d'Angoulême sont des Homo sapiens encore nomades, qui vivent de chasse et de cueillette. Ils sont en train de vivre une "transition climatique", avec la fin de l'époque glaciaire et le passage à un climat tempéré, souligne Miguel Biard, archéologue à l'Inrap, chargé du chantier de fouilles d'Angoulême.

Alors que les Magdaléniens qui les ont précédés sont de "très grands tailleurs de silex" et excellent dans les représentations figuratives d'animaux, l'Azilien fabrique des outils "moins sophistiqués", rappelle l'archéologue.

- Miguel Biard, le responsable scientifique du chantier angoumoisinLa découverte présentée à Angoulême La plaquette gravée a été trouvée lors de fouilles préventives menées entre le 9 avril et le 23 novembre 2018 sur 4.000 m² près de la gare d'Angoulême. Cet endroit était une zone de chasse pour les hommes préhistoriques. Ces recherches sur prescription de l'Etat avaient déjà révélé trois occupations préhistoriques successives et permis la découverte de 200.000 silex taillés et 400 pointes de flèches.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL