À quoi faut-il s'attendre — Tempête Miguel

Claudine Rigal
Juin 8, 2019

Si Miguel a eu des conséquences dramatiques, avec la mort de trois sauveteurs de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), partis porter assistance à un bateau de pêche en difficulté au large des Sables-d'Olonne (Vendée), la force des vents de la tempête a été conforme aux prévisions avec des rafales de 110 à 120 km/h. Des rafales de 122 km/h ont déjà été recensées à l'Île d'Yeu.

En cours d'après-midi, la dépression s'évacue vers les Pays de Loire et l'intérieur des terres. La SNCF a ainsi dû interrompre plusieurs lignes TER et Intercités, notamment sur les lignes Bordeaux-Le Verdon, Bordeaux-La Rochelle, Royan-Niort et Royan-Angoulême, ce qui a provoqué une belle pagaille en gare de Bordeaux. Des transports de substitution ont été mis en place. Sur les TGV, des retards sont enregistrés mais pour l'instant pas d'annulation. Ce phénomène a causé d'importants dégâts sur le réseau électrique. "La circulation sur les ponts qui mènent à ces îles a été interdite aux piétons et aux vélos".

Météo France a placé le département du Rhône en vigilance jaune vent violent.

Une dépression nommée "Miguel", en cours de creusement actuellement au nord-ouest de l'Espagne, remontera d'ici demain sur la Bretagne. En cause, une tempête qui répond au doux nom hispanique de Miguel.

Enedis indique ce vendredi après-midi qu'au moins 35.000 clients sont privés d'électricité, dont 18.000 en Gironde, 16.000 en Dordogne, et 1.000 en Lot-et-Garonne.

Météo France annonce que des records de vitesse pour le vent pourraient être battus ce vendredi pour la saison.

- Il est recommandé d'annuler toute activité en plein air.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL