Un nouveau type de traitement augmente le taux de survie

Evrard Martin
Juin 6, 2019

Le taux de mortalité chez les patientes ayant reçu ce traitement a été de 29 % moins élevé que chez celles n'ayant reçu qu'un placebo, selon les résultats présentés lors de la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui réunit ce week-end des spécialistes internationaux du cancer.

" On peut en fait obtenir une meilleure réponse (.), ou mieux tuer le cancer, en ajoutant l'un de ces inhibiteurs de cycle cellulaire " en plus d'une hormonothérapie, a-t-elle ajouté. Le principe est simple: bloquer la communication des hormones naturelles masculines qui favorisent la prolifération des cellules cancéreuses. Ce que nous apprend cette étude, c'est que l'ajout d'un médicament dans le traitement - le ribociclib, un inhibiteur du cycle cellulaire - permet de maximiser le taux de survie. Le traitement serait également moins toxique que la chimiothérapie traditionnelle, dans la mesure où il est capable de cibler ces cellules.

Un nouveau type de traitement prometteur contre le cancer du sein. On leur évite tout simplement de se multiplier. Crédits: PixabayUn taux de survie de 70,2 %.

Cet essai clinique de phase III portait sur 670 femmes diagnostiquées avec un cancer avancé au stade 4. Aucune n'avait reçu de traitement antihormonal auparavant.

" Il s'agit de patientes qui reçoivent en général leur diagnostic à un stade plus avancé de leur maladie car nous n'avons pas d'excellents protocoles de détection chez les femmes plus jeunes ", a précisé Mme Hurvitz. "C'est ce qui nous rend si enthousiastes, car c'est une thérapie qui affecte vraiment un grand nombre de patients atteints d'une maladie avancée".

Pour mener à bien cette étude, Karim Fizazi s'est tourné vers des patients dont la tumeur avait été traitée par radiothérapie ou par chirurgie, mais qui se sont révélés résistants aux traitements hormonaux dès les premiers signes de rechute.

Dans l'ensemble, le risque de décès a diminué d'environ un tiers chez les hommes recevant l'enzalutamide, selon les chercheurs.

Un traitement de 28 jours coûte 12 553 dollars, a indiqué Jamie Bennett, une porte-parole des laboratoires Novartis qui le commercialisent sous le nom Kisqali et ont financé cette étude.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL