Xi soigne l'entente russo-chinoise avec son "meilleur ami" Poutine

Claudine Rigal
Июня 9, 2019

Le président chinois Xi Jinping est reçu hier par son "meilleur ami" Vladimir Poutine en invité d'honneur du principal rendez-vous des affaires en Russie, l'occasion pour Moscou et Pékin d'afficher leurs étroites relations économiques face à Washington.

S'adressant au public du théâtre Bolchoï à Moscou, M. Poutine a déclaré que les relations entre la Russie et la Chine avaient connu un développement extraordinaire au cours des sept dernières décennies. Les relations russo-américaines sont quant à elles toujours empoisonnées par les accusations d'ingérence électorale depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, bien que le rapport Mueller n'en ait trouvé aucune trace et que le président russe, Vladimir Poutine, ait annoncé qu'il souhaitait "rétablir des relations complètes" avec les Etats-Unis.

S'exprimant à l'occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg, il a dénoncé la "concurrence déloyale" et le protectionnisme de l'Occident, et tout particulièrement des Etats-Unis.

Le rapprochement entre Moscou et Pékin se trouve renforcé par les mesures prises par les Etats-Unis à l'encontre des deux pays, sous forme de sanctions ou de guerre commerciale.

Le président chinois Xi Jinping a indiqué le 5 juin à Moscou lorsqu'il s'est entretenu avec son homologue russe Vladimir Poutine que le renforcement des relations sino-russes est l'option stratégique inéluctable pour les deux parties.

"Dans ce contexte, Vladimir Poutine a donné l'ordre de mettre au point de nouveaux types de missiles terrestres dans les deux ans et a menacé fin février, dans un discours devant le Parlement russe, de déployer les nouvelles armes " invincibles " mises au point par son pays pour viser les " centres de décision " dans les pays occidentaux".

L'UE reste le premier investisseur en Russie, loin devant les Etats-Unis et la Chine. Surnommé le Davos russe en temps de boom économique, le Forum économique international de Saint-Pétersbourg a été assombri ces dernières années par les sanctions occidentales, auxquelles s'ajoute cette année l'affaire Baring Vostok, fonds d'investissement majeur dont des dirigeants sont poursuivis par la justice.

Devant les investisseurs réunis dans l'ancienne capitale impériale, M. Poutine a pris la défense de la Chine, condamnant lors de la session plénière du forum les tentatives de "chasser" des marchés mondiaux le géant chinois des télécoms Huawei, soupçonné d'espionnage par les autorités américaines.

Cet expert s'attend cependant à "de gros investissements chinois en Russie" dans les prochaines années notamment dans le cadre des projets de nouvelles Routes de la soie de Pékin.

CNPC et le Silk Road Fund détiennent également 29,9% (contre 20% pour Total) du projet géant de gaz naturel liquéfié Yamal LNG, du russe Novatek, en Sibérie arctique.

"Le PIB de la Russie n'est aujourd'hui pas plus grand que celui de la province de Guangdong, et ses dépenses de défense ne font qu'un tiers de celles de la Chine", selon ce document.

D'autres rapports

Discuter de cet article