Accident mortel à Montpellier : le chauffard mis en examen

Claudine Rigal
Juillet 14, 2019

Le chauffard qui a percuté une famille le 11 juillet à Montpellier, au cœur des célébrations des supporters de l'équipe d'Algérie, a été laissé libre. Le magistrat avait requis son placement en détention provisoire mais la juge d'instruction en charge du dossier n'est pas allée dans son sens et a ordonné la remise en liberté du conducteur. Il a été placé en garde à vue, et sera entendu pour "homicide involontaire et blessures involontaires", ainsi que pour "manquement délibéré à des obligations de prudence", a fait savoir le parquet de Montpellier.

Si auparavant l'AFP avait annoncé qu'il s'agissait d'un supporter de l'Algérie ayant perdu le contrôle de son véhicule et fauché une famille, le procureur a précisé que le mis en examen est un jeune homme de 21 ans, "de nationalité française, électricien de profession, détenteur du permis de conduire depuis quatre mois".

Une mère de famille de 43 ans est décédée dans la nuit de jeudi à vendredi, fauchée par une voiture vers 22 h 30 devant les guichets du stade de la Mosson à Montpellier. Il a affirmé aux enquêteurs ne pas s'intéresser au football. S'il était à bord de son véhicule ce n'était pas pour célébrer la victoire algérienne mais pour "se rendre chez une amie", a-t-il déclaré, selon le procureur. Son bébé d'un an a été grièvement blessé et sa fille de 17 ans légèrement touchée. Le procureur a souligné que des éléments sont "en contradiction avec ces déclarations". "Il appartiendra au juge d'instruction de (.) résoudre ces contradictions", a insisté le magistrat. Il a aussi confirmé que le jeune homme assure ne pas être lui-même un supporter des Fennecs, le surnom des joueurs algériens. Le chauffard aurait bien regardé le match, si l'on en croit "des SMS échangés avec sa petite amie", selon une source proche de l'enquête citée par Le Parisien. Toutefois, plusieurs témoins des faits ont rapporté que le véhicule avait " ses feux de détresse allumés et avait klaxonné, comme le font les conducteurs qui veulent exprimer leur liesse ", a précisé le procureur. L'individu a expliqué aux enquêteurs avoir seulement klaxonné car il venait de croiser une connaissance.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL