Agressions sexuelles. Le Vatican lève l'immunité de son représentant en France

Claudine Rigal
Juillet 11, 2019

"Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères qui avait transmis au Saint Siège la demande de levée de l'immunité du nonce apostolique en France présentée par le procureur de la République de Paris, a reçu confirmation de la part du Saint Siège de sa renonciation à l'immunité pour la procédure envisagée", a indiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères ce lundi.

4 décembre 2016: Mgr Luigi VENTURA, nonce apostolique en France, assiste à consécration et à la célébration de la dédicace de la cathédrale cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité, organisée par le diocèse de Chersonèse du patriarcat de Moscou.

Le Vatican a levé l'immunité de Mgr Luigi Ventura, son représentant en France visé par quatre plaintes, dont trois pour des "agressions sexuelles" qui seraient survenues lors de cérémonies officielles, a annoncé lundi un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Le parquet de Paris avait formulé sa demande en mars, à la suite des plaintes de quatre hommes. La Mairie avait signalé qu'un de ses employés, Mathieu de La Souchère, s'était plaint de "mains aux fesses " du nonce lors d'une cérémonie des vœux aux autorités diplomatiques en janvier. L'ancien agent, qui travaillait alors à la Direction de la communication (de la Ville de Paris, NDLR) "a fait l'objet des mêmes agissements" que ceux dénoncés par la première victime. Une quatrième plainte au moins a été déposée par un autre homme.

Mgr Luigi Ventura est un archevêque catholique italien et nonce apostolique en France depuis septembre 2009. La décision du Saint-Siège a été officiellement communiquée aux autorités françaises la semaine dernière.

Chargé des relations du Saint-Siège avec les autorités françaises, le nonce apostolique n'était pas obligé de se soumettre aux auditions voulues par les enquêteurs, en raison de cette immunité diplomatique.

Interrogé à ce sujet, un responsable du bureau de presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a confirmé l'information. Il a précisé avoir attendu "avant de prendre cette décision, (.) la conclusion, annoncée fin juin, de la phase préliminaire" de l'enquête.

Après avoir été entendu par la police judiciaire française début avril, l'évêque âgé de 74 ans s'est rendu à des confrontations avec plusieurs de ces plaignants fin mai, au cours desquelles il a nié les faits.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL