Après les "gilets jaunes", le commerce ploie mais ne rompt point

Xavier Trudeau
Juillet 11, 2019

Plus de peur que de mal pour les commerçants? Finalement, les chiffres des défaillances d'entreprises communiquées par la société Altares pour le deuxième trimestre, montrent une réalité beaucoup moins noire. Sur cette période, 12.347 défaillances ont été enregistrées, soit une baisse de 3 % par rapport à la même période l'an passé (après une première baisse de 1 % au premier trimestre). Selon un rapport publié ce 10 juillet 2019 par la Direction générale des entreprises (DGE), une cinquantaine d'entreprises de la filière diesel en France se trouve dans une situation de "difficulté sérieuse" face à la transition de l'industrie automobile vers d'autres sources d'énergie. Pour Thierry Millon, " les manifestations des " gilets jaunes " ont mis à genoux des commerçants et artisans déjà fragilisés depuis des mois. En revanche, les "grosses PME" (au moins 100 salariés) ont connu une évolution négative, avec 39 défaillances signalées (+62,5%). Mais le secteur du transport et de la logistique s'est à nouveau installé "dans le rouge" avec des défaillances en hausse de 6,4%, tandis que le secteur de l'élevage a connu une évolution préoccupante (+17,2%).

"Néanmoins les conditions de business s'améliorent" et "le regain de pouvoir d'achat obtenu +grâce+ au mouvement des +gilets jaunes+ pourrait bien permettre de tirer la consommation du second semestre et la croissance", ajoute-t-il.

"Si les effets de ces mouvements ont pu être sévères dans certaines zones et pour certaines entreprises, leur impact global apparaît (.) sans conteste plus faible que son retentissement politique et médiatique", a jugé de son côté l'Insee. Les chefs d'entreprises touchés par le mouvement des "gilets jaunes " avaient jusqu'à la fin du mois de juin pour demander le report de leurs échéances sociales et fiscales; un dispositif d'exonération fiscale avait même été mis en œuvre pour soutenir les entreprises les plus touchées.

"Pour l'instant il n'y a pas de défaillances accrues liées aux Gilets jaunes, notamment dans le commerce", a déclaré mercredi le directeur général des entreprises, Thomas Courbe, à l'occasion d'un point presse de présentation du rapport annuel de la DGE.

"Notre dispositif a permis de répondre aux besoins", a ajouté M. Courbe, en assurant que l'effet des manifestations sur le chiffre d'affaires de certains commerces, notamment de centre-ville, avait été significatif.

En 2013, 67 % des voitures immatriculées en France étaient équipées de moteurs diesel, contre seulement 35 % ces derniers mois.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL