High tech: Un "sommet" Trump pour dénoncer la partialité des réseaux sociaux

Claudine Rigal
Juillet 13, 2019

Le président des États-Unis, Donald Trump, assiste à un "sommet des médias sociaux" avec des personnalités éminentes des médias sociaux conservateurs dans la salle est de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 11 juillet 2019.

M. Trump a déclaré dans ses messages sur Twitter qu'un "grand sujet" du sommet serait "l'énorme malhonnêteté, partialité, discrimination et répression pratiquées par certaines compagnies".

"Nous ne tolérerons plus cela très longtemps", a-t-il ajouté, avant de lancer une nouvelle attaque contre les médias "Fake News", qui ne sont selon lui "pas aussi puissants" que les réseaux sociaux et qui ont perdu "beaucoup de crédibilité".

Certains observateurs redoutent que la Maison Blanche ne supprime le cadre légal protègeant les services en ligne.

"Le gouvernement ne devrait pas contraindre les intermédiaires à retirer des propos qui sont protégés par la Constitution (au nom de la liberté d'expression)", ont souligné dans une lettre ouverte 27 organisations et 50 juristes spécialistes du secteur.

En tant qu'utilisateur régulier de Twitter, M. Trump a accusé la société de Jack Dorsey de réduire à dessein le nombre de ses tweets.

Fin juin, il avait directement accusé Twitter d'empêcher des gens de le suivre et de limiter sa capacité à faire passer son message.

"Les plateformes en ligne sont le meilleur outil qui soit pour permettre à toutes les opinions politiques d'être représentées", a indiqué Michael Beckerman, président de l'organisation. En revanche, plusieurs organisations déplorant régulièrement être censurées par les réseaux sociaux, comme le site PragerU ou l'organisation TurningPoint USA, seront là.

Le chef de l'organisation Project Veritas, qui se targue d'avoir infiltré les géants de la Silicon Valley pour démontrer qu'ils étaient bien biaisés, a aussi affirmé dans un courriel avoir été convié.

Cette réunion intervient à un moment délicat pour les géants américains de la technologie, accusés de censure par les conservateurs, mais aussi de ne pas en faire assez pour réprimer les contenus haineux en ligne. "Un sommet rassemble d'habitude différents acteurs qui échangent sur les moyens d'arriver à un objectif commun", rappelle-t-il.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL