Inondations monstres à La Nouvelle Orléans, sous la menace de l'ouragan Barry

Claudine Rigal
Juillet 12, 2019

Une " surveillance ouragan", annoncée mercredi par le NHC, est en place le long de la côte, de l'embouchure du fleuve Mississippi en allant vers l'ouest.

"Il est trop tôt pour dire quel sera l'impact mais nous pensons qu'il y aura un impact", a déclaré LaToya Cantrell, maire de la ville qui est en partie située en-dessous du niveau de la mer, lors d'une conférence de presse en début d'après-midi.

Et la perspective d'un ouragan d'ici le week-end -qui serait le premier de la saison dans l'Atlantique et s'appellerait Barry- a incité les services météorologiques à émettre plusieurs pré-alertes. Cela signifie qu'il y a une possibilité que nous ayons de fortes pluies pendant environ 48 heures, a-t-elle prévenu. De nombreux paramètres prédisent que la tempête tropicale mue en ouragan. Ses vents soufflaient toujours à 45 km/h, soit encore bien en-dessous du seuil pour devenir un ouragan (119 km/h).

La Nouvelle-Orléans porte encore les stigmates du puissant ouragan Katrina de catégorie 5 fin août 2005. Les digues avaient cédé sous le poids de l'eau, inondant 80 % de la cité et causant un millier de morts, sur un total de plus de 1800 durant la catastrophe. Le gouverneur de la Louisiane John Bel Edwards a signé l'état d'urgence, ce qui permet de mobiliser des moyens supplémentaires.

Le Corps du génie de l'armée de terre a précisé que les digues du sud de la ville suscitaient quelques inquiétudes, mais semblaient présenter de faibles risques pour la cité elle-même, d'après la chaîne CBS.

Une tornade s'est déchaînée mercredi au-dessus du Lac Pontchartrain, au nord de la Nouvelle-Orléans.

La célèbre ville et une large zone autour de l'agglomération ont été placées en état d'urgence aux inondations soudaines jusqu'à dimanche matin.

Les autorités locales multipliaient les mises en garde d'autant que le fleuve majestueux flirtait déjà avec son niveau de crue (5,18 mètres): il s'écoulait à 4,9 mètres à La Nouvelle-Orléans, selon le dernier relevé à 13H00 GMT.

Jusqu'à cinquante centimètres de pluie sont attendus par endroits. Mais ce niveau devrait être atteint samedi matin, selon les météorologues.

De premiers ordres d'évacuation ont été lancés pour une partie de la paroisse de Jefferson, qui englobe la banlieue ouest de La Nouvelle-Orléans, et de celle de Plaquemine, au sud de la ville, à partir du milieu de la journée jeudi. Les habitants de La Nouvelle-Orléans sont invités à rester confinés.

Certaines routes étaient ainsi sous les eaux depuis mercredi, de nombreuses personnes se déplaçant les jambes immergées jusqu'à mi-mollet. Des équipes de l'État ainsi que des habitants ramassaient par endroits débris et déchets emportés par le courant, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'aéroport international de La Nouvelle-Orléans reste ouvert jusqu'à ce que les conditions " deviennent dangereuses ou que les infrastructures soient endommagées ".

Une quinzaine de plateformes pétrolières ont dû être évacuées dans le Golfe du Mexique, a annoncé le Bureau de la sécurité et de la protection de l'environnement, qui dépend du ministère américain de l'Intérieur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL