Le pressenti Dominique Boutonnat pas le bienvenu à la présidence du CNC

Pierre Vaugeois
Juillet 14, 2019

Ils viennent de publier une tribune sur la possible nomination à la tête du CNC, le Centre national du cinéma et de l'image animée, de Dominique Boutonnat. Des cinéastes comme Jacques Audiard, Michel Hazanavicius, Arnaud Desplechin, Catherine Corsini ou bien encore Cédric Klapisch ne cachent pas leur désarroi et leur mécontentement. "Emmanuel Macron ayant semble-t-il rejeté toutes les autres candidatures à son profit", souligne le texte. Elle avait été reconduite en 2016 pour un second mandat de trois ans qui arrive à échéance à la fin de la semaine, sans qu'aucune nomination ne soit encore intervenue pour sa succession.

Portant sur "le financement privé de la production et de la distribution cinématographiques et audiovisuelles", ce rapport a été publié en mai. Par la suite, des cinéastes ont fustigé ce document. Selon onze organisations professionnelles représentant le cinéma indépendant, ainsi que 800 cinéastes, les deux rapports relèvent une politique qui tend davantage vers la logique commerciale que vers la créativité.

Si certains s'interrogent sur la déontologie de cette éventuelle nomination, Dominique Boutonnat étant identifié comme l'un des donateurs de campagne d'Emmanuel Macron et partie prenante en tant que producteur des enjeux de financement de la filière, d'autres y voient le signe d'un possible infléchissement libéral de la ligne du CNC à l'ère de La République en marche.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL