Les affrontements ont fait plus de 100 tués — Syrie/OSDH

Claudine Rigal
Juillet 13, 2019

Au moins sept civils, dont trois enfants, ont été tuésce mercredi dans des raids aériens du régime syrien contre la région d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, ayant également mis hors-service un hôpital, a indiqué une ONG et un médecin de la région.

Les bombardements russes et syriens ont tué 560 civils depuis fin avril, selon l'OSDH, et poussé à la fuite quelque 330.000 personnes, d'après l'ONU.

Jeudi dans la province de Hama, des raids russes ont encore tué un civil dans le village de Latamneh, tandis qu'une femme est morte des suites des tirs rebelles contre la localité de Karnaz, selon l'OSDH.

Depuis le 25 avril dernier, le Régime syrien et ses alliés mènent une campagne de raids intensifs sur la zone de désescalade, convenue lors des pourparlers d'Astana.

Naji Moustafa, porte-parole du Front de libération nationale, allié des jihadistes, a pour sa part indiqué que cette colline était "stratégique du fait qu'elle surplombe (.) les voies de ravitaillement des forces ennemies".

"Les affrontements se sont intensifiés en début de soirée", a-t-il ajouté.

Les affrontements ont jusqu'ici tué 41 combattants côté régime et 30 côté rebelles et jihadistes, selon l'OSDH.

Le regain de violence intervient malgré un accord conclu en septembre 2018 entre la Russie et la Turquie, parrain de certains groupes rebelles, visant à éviter une offensive d'envergure des forces loyales de Damas. Quant aux tirs rebelles et jihadistes, ils ont tué plus de 40 civils dans les zones tenues par le régime, d'après la même source.

Le premier à Afrine, une région du nord-ouest majoritairement kurde mais aujourd'hui contrôlée par des rebelles pro-Turcs, a fait au moins 13 morts dont huit civils, a indiqué l'OSDH. Il a accusé les combattants "kurdes d'être derrière l'attentat".

Dans un communiqué, la police locale rattachée aux autorités semi-autonomes kurdes, avait accusé des "groupes terroristes" sans les identifier.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a déjà tué plus de 370 000 personnes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL