Les laits hypoallergéniques pour bébés ne diminuent pas le risque d'allergie

Evrard Martin
Juillet 26, 2019

Ces laits infantiles spécifiques sont recommandés pour les nourrissons considérés comme à risque de développer des allergies, et qui ne sont pas exclusivement allaités au sein. Selon une enquête de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'institut national de la recherche agronomique (Inra), ces laits ne diminuent pas le risque de développer des allergies plus tard.

D'après l'étude, les chercheurs "n'ont observé aucun effet protecteur de ces produits contre d'éventuelles manifestations allergiques comparativement aux préparations infantiles classiques".

Les préparations alimentaires infantiles hypoallergéniques ont longtemps été considérées comme efficace pour diminuer les risques d'allergie chez les enfants qui pourraient avoir une tendance allergique (avec au moins un parent ou un membre de la fratrie qui a des antécédents allergiques). Leur effet protecteur est censé s'expliquer par le fait qu'ils contiennent des protéines de lait fragmentées en petits morceaux. Toutefois, leur efficacité est controversée. Ils ont suivi pendant deux ans 15 000 enfants qui y participaient, et les résultats ont été publiés fin juin 2019 dans la revue Pediatric Allergy and Immunology. Par ailleurs, ces préparations infantiles ne sont plus recommandées depuis peu par les associations américaines et suisses de pédiatrie.

Ces résultats doivent toutefois "être complétés par de nouvelles études" car ils "ne permettent pas d'établir de lien de causalité", nuancent toutefois les scientifiques. Autrement dit, ils ne prouvent pas que c'est bien l'usage de ces laits hypoallergéniques qui augmente le risque d'allergies, mais montrent simplement une association entre les deux. Et préconisent de réaliser désormais des études cliniques sur ces préparations avant de promouvoir leur potentiel effet.

Pour cela, les chercheurs se sont appuyés sur l'Etude Longitudinale Française depuis l'Enfance (ELFE), la première du genre en France, qui a pour but de comprendre comment l'environnement et l'alimentation impactent le développement, la santé, la socialisation et la scolarité. Quelque 5% des enfants nourris au lait en poudre à l'âge de 2 mois consommaient ces préparations dites hypoallergéniques. "Pourtant, la moitié d'entre eux n'avait aucun antécédent familial d'allergie qui justifierait leur prescription", relèvent les chercheurs.

Actuellement, le marché européen du lait infantile est le plus réglementé et surveillé des marchés alimentaires, mais l'attention est surtout portée sur la sécurité sanitaire. En outre, c'était associé "à un plus grand risque d'allergies alimentaires à 2 ans à la fois chez les enfants considérés à risques et ceux qui ne l'étaient pas".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL