Restrictions sur les exportations : Séoul et Tokyo auraient des consultations bilatérales vendredi

Xavier Trudeau
Juillet 13, 2019

Ces tensions pourraiet avoir des répercussions mondiales, puisque les fabricants coréens de mémoires, tels que Samsung, LG et SK Hynix, représentent plus de 70% de la production de la planète.

Les Sud-Coréens, eux, voit ces mesures comme des sanctions et les jugent contraires au droit international.

"Nous regrettons profondément que de hauts responsables japonais aient récemment fait des commentaires irresponsables, sans présenter d'élément clair à l'appui, laissant entendre que notre gouvernement enfreignait les contrôles à l'exportation et n'appliquait pas les sanctions", a déclaré le directeur adjoint de la sécurité nationale sud-coréenne, Kim You-geun. La Corée du sud a annoncé qu'elle allait déposer une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Corée du Sud espère que le Japon lèvera les restrictions et que la situation ne se dégradera pas, et fait dans cette optique des appels du pied répétés aux Etats-Unis.

Les autorités japonaises ont refusé de commenter directement les informations communiquées par les médias selon lesquelles la Corée du Sud avait expédié une partie de l'un des matériaux en Corée du Nord.

Le ministère sud-coréen de l'Industrie a déclaré mercredi avoir découvert 156 cas d'exportations non autorisées de produits stratégiques en mars depuis 2015, mais aucun n'a concerné la Corée du Nord.

Les responsables sud-coréens et japonais se sont rencontrés à Tokyo vendredi.

" Nous avons répondu à toutes leurs questions et expliqué que ces mesures étaient basées sur les règles internationales ", a déclaré à l'AFP un fonctionnaire japonais.

Notre " gouvernement fait de son mieux pour trouver une solution diplomatique à ce problème.

Ces restrictions ne sont pas souhaitables pour les relations de coopération amicale entre la Corée du Sud et le Japon, ainsi que la coopération trilatérale avec les Etats-Unis, a-t-elle noté, soulignant que son pays poursuit une position de développer les relations avec le Japon orientée vers l'avenir.

Cela s'ajoute à d'autres querelles historiques interminables, dont celle relative aux " femmes de réconfort ", Sud-Coréennes enrôlées dans les bordels de l'armée japonaise durant la guerre.

De nombreux Japonais ont été exhortés à racheter les actes de guerre commis il ya sept décennies, alors que beaucoup en Corée du Sud doutent de la sincérité des excuses passées du Japon.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL