Somalie: Au moins sept personnes tuées dans l'attaque d'un hôtel - 20 Minutes

Claudine Rigal
Juillet 13, 2019

Au moins sept personnes ont été tuées dans l'attaque menée vendredi par les militants islamistes shebab contre un hôtel de la ville portuaire de Kismayo, dans le sud de la Somalie, et qui se poursuivait dans la nuit.

"Plusieurs personnes sont mortes et beaucoup d'autres sont blessées, mais nous n'avons pas encore le chiffre exact des victimes, car l'opération de sauvetage est encore en cours", a déclaré à l'AFP un responsable local de la sécurité, Abdiweli Mohamed. Les shebab, qui ont revendiqué l'assaut, ont reproduit là un schéma qu'ils ont l'habitude d'utiliser dans la capitale Mogadiscio.

Une dizaine de ressortissants étrangers ont péri dans l'explosion d'un véhicule piégé à l'entrée de l'hôtel Medina, un établissement très fréquenté en centre-ville, selon Ahmed Madobe, président du Territoire du Jubaland. Un siège a alors pris fin ce samedi en fin de matinée. "Le bâtiment entier est en ruines, il y a des corps morts et des blessés qui ont été récupérés à l'intérieur, et les forces de sécurité ont bouclé toute la zone", a déclaré Muna Abdirahman, l'un d'eux sur le récit du Figaro.

Selon plusieurs sources locales, l'hôtel abritait surtout des hommes d'affaires et des hommes politiques venus préparer l'élection présidentielle dans la région semi-autonome du Jubaland, prévue fin août.

Le Syndicat somalien des journalistes (SJS) a annoncé la mort de deux journalistes, Mohamed Omar Sahal, correspondant de la chaîne SBC, et Hodan Naleyeh, journaliste et fondatrice de la chaîne Integration TV.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebabs ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions.

S'exprimant à l'AFP, il a indiqué que la situation est désormais sous contrôle étant donné que le dernier élément du commando terroriste a été abattu. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats suicides, y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL