Trump célèbre le 50e anniversaire de l'alunissage d'Apollo 11

Pierre Vaugeois
Juillet 22, 2019

À Houston, aux Texas, où était et se trouve encore le centre de communications de la Nasa pour les vols habités, des milliers de passionnés ou nostalgiques de la conquête spatiale ont décompté les secondes avant ce premier pas, auquel les plus de cinquante ans ont peut-être assisté à l'époque en direct, sur un téléviseur noir et blanc, en pleine nuit.

Deux astronautes américains, membres de l'équipage d'Apollo 11, ont piloté en toute sécurité et sans heurt leur fragile module lunaire à quatre pieds jusqu'au site de cet alunissage historique, hier à 16 heures 17 minutes et 40 secondes, heure de la côte Est.

Toutefois, l'administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a déclaré lors d'une audition mercredi devant des sénateurs américains que le SLS ne serait pas prêt avant 2021, après plusieurs retards, ce qui a ajouté une incertitude supplémentaire au calendrier de retour sur la Lune de la NASA.

Il fut suivi peu après par Buzz Aldrin.

Michael Collins a recommandé d'oublier la Lune et d'aller directement vers Mars, tandis que Buzz Aldrin a de nouveau prodigué des conseils techniques. C'est l'astronaute Buzz Aldrin qui aura l'honneur de planter le drapeau des Etats-Unis, symbole de la conquête spatiale américaine.

Le but? "Rétablir la prééminence des Etats-Unis en tant que nation spatiale", déclarait-il.

L'avenir du programme Artémis dépendra donc du Congrès, qui vote les crédits de la Nasa.et de l'élection présidentielle de novembre 2020. Armstrong, le commandant civil de la mission âgé de 38 ans, a adressé un message à la Terre et à la salle de contrôle, ici [à Houston]: "Houston, ici la base de la mer de la Tranquillité". Le président Trump leur a demandé de se signaler en levant la main.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL