Vidéo: Jean-Michel Blanquer hué par des professeurs en Gironde

Xavier Trudeau
Juillet 9, 2019

Face à cette mobilisation, et pour permettre aux candidats de connaître leurs résultats à la date prévue, le ministre de l'Education avait détaillé mercredi une "solution technique": si certaines notes d'examen manquaient, ce seront les notes du contrôle continu du l'année qui seront prises en compte pour compléter la moyenne. Et si la note du bac s'avère finalement meilleure, c'est celle-là qui sera conservée. Selon Jean-Michel Blanquer, "une centaine de centres sur 1.500" où se tenaient jeudi les derniers jurys de délibérations ont été perturbés.

"Sans parler du stress engendré pour certains élèves à qui on va demander de revenir (ce mardi) passer les oraux de rattrapage car ils n'ont pas pu se tenir (hier)", regrette-t-il. Résultats: une gestion calamiteuse des corrections de copies.

Les "2 000 correcteurs grévistes sur 175 000" subiront "évidemment des sanctions financières", c'est-à-dire, comme cela était annoncé, "la suppression de chaque jour de paye du premier jour où ils ont eu les copies jusqu'au jour où ils les ont rendu", a aussi confirmé l'occupant de la rue de Grenelle.

"En voulant absolument publier les résultats du bac, le ministre Blanquer a commis de graves fautes sur le plan juridique par ses mauvaises décisions politiques", dénonce le prof. Dans la petite foule, des drapeaux de syndicats d'enseignants et des pancartes "Blanquer recalé " ou encore "2019 le bac de l'arnaque ".

Autre exemple: dans la précipitation de la saisie, les notes de deux élèves ont été inversées pour deux élèves en sciences-éco. "Au final, les deux élèves ont 19/20 puisqu'on ne pénalise pas les élèves", poursuit-il.

Marion, professeur de philosophie à Versailles ne se remet pas des délibérations houleuses auxquelles elle a assisté dans la matinée.

" Il a parfois fallu batailler très durement et très longuement pour que soit reconnu le fait que des élèves n'avaient pas pu objectivement choisir les matières à présenter au rattrapage, n'ayant pas eu leur note d'examen avant les oraux ", ajoute-t-elle.

Beaucoup de correcteurs grévistes évoquent "l'après", avec "des recours potentiels d'élèves ou de parents d'élèves fondés sur la "rupture d'égalité de traitement". Les syndicats d'enseignants exigent notamment d'ouvrir des négociations sur ces différentes réformes à commencer par la réforme du bac.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL